Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 06:24

La lumière de l’Obscur, extraits de l'article paru dans le N° 45 de la revue 3ème Millénaire

Source :

http://www.ecoutelevent.fr/Jean%20bouchard%20d%20orval.htm

[...]

[L'Ecoute réelle]

Vous parlez d’une écoute réelle. Qu’entendez-vous par là ?

L’écoute est fondamentale pour Héraclite.

" N’étant pas versés dans l’écoute ils ne savent pas non plus parler ", dit un des fragments. Nous pourrions dire qu’ils ne savent pas penser, parler, ni agir. " Ils ", ce sont les dormeurs, comme les appelle aussi Héraclite, qui vivent de façon inconsciente et automatique, jour après jour, année après année, qui continuent de croire, malgré les démentis quotidiens que leur apporte la vie, qu’ils sont les auteurs de leurs pensées, de leurs paroles et de leurs actes en tant qu’entités individuelles.

[Question perso : En quoi sommes-nous ou ne sommes-nous pas responsables "auteurs" de l'émergence de nos pensées, paroles, actes ? - Conditionnement - environnement socio-économico-culturel pré-existant - actes passés...Autre chose ? Et/ou est-ce ce "Je" pense, parle, agis qui n'est pas ce que nous croyons ?]

L’écoute dont parle Héraclite [...] ne devient possible que lorsque l’être humain réalise profondément la futilité ultime de toutes ses prétentions et stratégies.

Il se passe alors quelque chose de frais : l’écoute est sans but, sans attente de quoi que ce soit, sans sujet et sans objet. Personne n’écoute et rien n’est écouté, mais il y a écoute. Si l’on veut, on peut appeler cela méditation, mais l’important c’est la réalité elle-même et non le concept ou le mot.

Jusqu’à maintenant, l’écoute de l’homme, à peu d’exceptions près, a toujours été l’écoute de quelque chose, de quelqu’un. Il y a toujours quelque chose qui est attendu, quelque chose auquel on pourrait accéder par une voie, peut-être en faisant du yoga, en pratiquant la méditation, en priant, en devenant bouddhiste, ou chrétien, ou encore en fréquentant un ashram en Inde pendant des années. Ce n’est pas que ces démarches soient mauvaises , non ; c’est notre attitude qui est maladroite, c’est notre esprit de gain qui nous éloigne de ce que nous recherchons.

[différence à faire entre le mal- péché, et l'erreur-la maladresse]

Héraclite dit : "Si l’on n’attend pas l’inattendu, on ne le découvrira pas, lui qui est inexplorable et sans accès."

Il propose une écoute désencombrée du contenu de la mémoire, une écoute vraiment silencieuse, purgée de toute velléité de changer quoi que ce soit à ce qui est.

Non que les changements vont cesser. Au contraire, Héraclite souligne le caractère dynamique de la manifestation de l’Unique : " tout s’écoule ", dit-il, " tout cède et rien ne tient ", ou encore, " le soleil est nouveau chaque jour ", ou encore " on ne peut entrer deux fois dans le même fleuve ". D’ailleurs, le seul changement véritable chez l’homme se produit au moment où il se laisse saisir par l’Inattendu.


Héraclite appelle aussi cette écoute celle du logos : " La sagesse veut que ceux qui sont à l’écoute, non de moi mais du logos, conviennent que toutes choses est l’Unique. "

Ce n’est pas un homme qui est écouté, ce n’est pas un concept ni un idéal, non ; c’est le logos, qui est un mot utilisé pour nommer cela " qui est inexplorable et sans accès ", mais qui est notre nature véritable.

Le mot logos est heureux, car si l’on ne connaît pas le grec il ne veut rien dire et c’est tant mieux. Quand on peut mettre un sens sur le mot logos, il faut davantage de temps pour se défaire des représentations. [...]

Se libérer du sens permet de demeurer l’esprit clair. Héraclite dit ailleurs : " Avoir l’esprit clair est la plus haute vertu ; la sagesse consiste à parler de la réalité telle qu’elle est et agit selon sa nature véritable, demeurant à son écoute. " Dans la clarté de l’esprit tout devient lumineux.


(…)


Héraclite nous invite à dépasser la mollesse spirituelle : " Pythagore, fils de Mnésarque, s’adonna à la recherche intellectuelle plus que tout homme et, ayant choisi parmi les écrits, se fabriqua une sagesse ; érudition considérable, art fallacieux. "


Quand l’Unique n’est encore qu’un concept, qu’une opinion, on finit par s’en lasser et on s’ennuie : il faut alors trouver autre chose de plus excitant.

Quand on a dit l’Unique, on a tout dit et il n’y a rien d’autre à intégrer, car il n’y a tout simplement rien d’autre ! (…)

La réalisation de l’Unique n’est pas la négation du monde, c’est le connaître enfin ! Quand on a saisi la réalité du rêveur, on ne parle plus de son rêve comme d’ " autre chose ". Bien sûr, les résidus dualistes de la mémoire prennent du temps à fondre. A ce niveau, on peut parler d’évolution de l’individu et de l’humanité, mais on ne peut pas à la fois avoir vraiment été saisi par l’Unique et penser " au monde " comme autre chose que l’Unique.

Y a-t-il vraiment conflit entre la tradition non-duelle et la réflexion d’Aurobindo et d’autres sur les transformations du corps physique après la descente de la lumière ou sur ce qui arrivera à l’humanité ? Tant qu’on retient que tout cela n’est pas autre chose que l’Unique, où est le conflit ? Aurobindo savait sûrement où il en était lui-même à ce sujet. Quant à nous, méfions-nous des opinions vite faites et des faciles réponses incendiaires sur les paroles de maîtres comme Ramana Maharshi qui ne sont plus là. "Ne nous mettons pas d’accord à la légère sur les sujets les plus grands ", disait Héraclite. Ne nous mettons pas en désaccord à la légère avec les plus grands.


Il faut mettre fin à la confusion colossale de l’homme et ne pas craindre les réputations, y compris et surtout la sienne propre. Il convient également de dénoncer la confusion, surtout quand elle est enseignée. C’est en tout cas ce que faisait Héraclite de son temps : " Pour les éveillés le monde est Un Seul et Même, mais chacun des endormis se réfugie dans un monde individuel. " Qui aura l’audace d’aller vérifier cela en lui-même !

Tant qu’on n’est pas aller voir soi-même en soi-même et surtout en toute humilité, c’est-à-dire sans point de vue, le discours demeure à la surface et ultimement vain. On aura beau parler d’intelligence, de bienveillance et de fraternité, on ne pourra s’empêcher de susciter l’antagonisme et la zizanie sur son passage. On reconnaît toujours l’arbre à ses fruits !


Ne sommes-nous pas parvenus à un moment où nous pourrions oser laisser tomber nos masques et nos prétentions à être des " sages ", tant que les résidus de peur et de préhension en nous n’ont pas été fondu complètement ?

En ces temps où tout le monde et son père se présentent comme des éveillés, j’éprouve presqu’une fierté à n’avoir jamais laissé croire à qui que ce soit que je pouvais être un " éveillé ", un " être réalisé ", un " sage ", ou autre profanation du genre. Ne serait-il pas rafraîchissant si tous ceux qui écument les milieux spirituels, qu’ils soient occidentaux ou orientaux, levaient publiquement la confusion et l’ambiguïté une fois pour toutes ? Enseignants, précepteurs, écrivains, conférenciers et autres personnages publics qui savent fort bien ne pas être encore totalement libres des résidus mentaux, surtout ceux qui se sont prématurément eux-mêmes proclamés libres, se sont laissés proclamer par d’autres, ou sont tentés de laisser planer une ambiguïté à ce sujet ; quelle éclaircie ce serait si tous devenaient véridiques !

Mais il faut d’abord lever la confusion intérieurement et cesser de se raconter des histoires. Chacun sait en lui-même où il en est avec lui-même ; au fond, personne ne croit vraiment en ses propres histoires.

Tant que nous redevenons encore un des dormeurs dont parle Héraclite, ne serait-ce qu’un instant, nous devrions nous offrir la joie et le confort de le voir, d’en convenir et surtout ne pas propager la confusion autour de nous.

En tout cas, je trouve très drôle de voir quand et comment je peux personnellement redevenir un dormeur avec la plus grande facilité !

Bien sûr, un être en qui la liberté s’est complètement actualisée peut formuler quelque chose, y compris dire qu’il est un éveillé si cela convient au moment, mais c’est toujours pédagogique ; ce n’est pas de la prétention, car il n’y a plus personne pour prétendre. ça c’est autre chose ; mais c’est rare.

(…)

Pourquoi le titre " Héraclite et la lumière de l’Obscur " ?

Dans l’Antiquité, on a surnommé Héraclite l’obscur car très peu de gens parvenaient à saisir la portée de ses paroles. Rien de neuf en cela : les ténèbres ont-ils jamais pu saisir la lumière ?

Héraclite est obscur pour qui n’est pas dans l’écoute humble, c’est-à-dire pour celui qui attend un message, ou, pire encore, qui attend une confirmation de son propre message.

Depuis combien de temps écoutons-nous des messages ? Le " message " empêche l’intelligence d’aller jusqu’au bout d’elle-même. Par exemple, peut-on échanger intelligemment en public avec des politiciens actifs ? Jamais, car ils ont toujours quelques messages à faire passer. Ce n’est qu’à leur retraite qu’ils savent écouter un peu et donc parler un peu mieux. Assez de messages !

Mais dans l’humilité de celui qui ne prétend plus savoir, qui n’essaie plus de prendre, d’appréhender une réalité, une grande lumière jaillit.

Ce n’est pas une lumière quelconque par rapport à une possible obscurité, car cette lumière n’a pas de contraire. Toute affirmation a son contraire, mais le logos d’Héraclite n’affirme rien, il est ce qu’il est. Ce n’est pas la lumière versus l’obscur, c’est la lumière de l’Obscur.


L ‘Obscur, c’est Cela qui est sans signe distinctif, qui n’est pas un objet à être saisi par un sujet ; c’est Cela qui est le Saisissement lui-même, qui est Pur Regard, Pure Conscience.

Chaque fois que nous prêtons une réalité objective à quelqu’objet que ce soit, physique ou subtil, tôt ou tard la vie nous envoie un démenti. L’homme doit faire l’expérience de la vacuité de réalité objective du " monde " : son essence n’est rien auquel on puisse penser. La lumière véritable ne peut provenir que de l’Obscur, elle ne peut qu’être cet Obscur. Toute description, toute qualité, toute affirmation sont conceptuelles. Ce sont des histoires que nous nous racontons. Ces histoires peuvent pointer en direction de l’Obscur, elles peuvent faire signe vers l’Unique, mais elles ne le décrivent pas vraiment.


(…)


C’est justement cette idée qu’il faut intervenir pour améliorer son sort qui cause l’agitation et la souffrance de l’être humain. L’idée même d’améliorer son sort dénote l’ignorance de la réalité.

Mieux, c’est la notion même d ‘avoir un sort qui est le fondement de tout ce cirque épuisant. Sans arrêt nous intervenons, ou croyons intervenir, de façon personnelle dans les processus de l’existence. Cet interventionnisme tout humain est fondé sur une lecture erronée de la réalité. Il n’y a pas d’individu, il n’y a que la Vie avec toute sa manifestation. Avant même que nous commencions à savoir que nous existons, chaque matin, tout est parfait : une grande intelligence et une grande beauté sont à l’œuvre.

Avons-nous besoin d’ " intervenir " pour respirer, pour digérer, pour assimiler, pour dormir, pour régénérer nos cellules, pour marcher, pour voir, pour entendre, pour sentir, pour naître, pour croître, ou pour mourir ?

Le plus amusant, c’est que même pour avoir la pensée que nous sommes quelqu’un qui intervient, nous n’avons pas à être quelqu’un : cette pensée vient à tous les êtres humains de la même manière, sans intervention " personnelle " ! Tout est un cadeau de la beauté.

La manifestation de la vie, c’est la beauté en marche. C’est quand on associe la beauté à quelque chose que ce que nous appelons la laideur vient. Mais même cette laideur pointe vers la beauté, elle permet à l’homme d’éventuellement la discerner.


(…)

Héraclite insiste sur l’impermanence de toutes choses. Ne se rapproche-t-il pas de Bouddha en cela ?

Héraclite a vécu exactement à la même époque que Bouddha en Inde et que Lao-Tseu en Chine, mais aucun des trois n’a jamais entendu parler des autres. C’est de toute façon un manque de vision que d’essayer de comparer les enseignements des sages authentiques, d’essayer de voir l’influence de l’un sur l’autre. Les trois ont formulé la Tradition, c’est-à-dire ce qui ne se réfère pas au temps et à la personne.

Dans les trois cas, c’est la même Source qui œuvre ; il ne faut donc pas se surprendre de trouver un identité de fond. Mais ce n’est pas essentiel d’entreprendre de longues études comparatives ; mieux vaut s’établir soi-même dans cette Source !


Pourquoi Héraclite insiste-t-il, dans plusieurs fragments, sur l’impermanence de toutes choses ? C’est que l’homme, dans sa vie de tous les jours, insiste lui-même lourdement sur la permanence de ces choses ! Bien sûr, intellectuellement nous savons que " tout cède, rien ne tient ", comme dit Héraclite, mais sur le plan émotif, là où tout se joue dans notre vie, nous agissons comme si toutes choses étaient permanentes.

Pourquoi s’étonner de rencontrer la souffrance ? La souffrance est toujours le résultat d’une lecture distraite de la réalité.

Nos actions, nos paroles et nos pensées sont toutes des interrogations, à savoir qu’est-ce qui est réel ? Ressentir tel ou tel désir, c’est en fait poser la question : " est-ce que cela est bien réel ? "

La réponse n’est-elle pas toujours la même ? Pourquoi continuons-nous à agir, parler et penser comme si tout allait durer au niveau des formes et des phénomènes ? C’est tout simplement que nous ne poussons pas l’enquête assez loin pour vraiment éradiquer l’illusion tenace qu’il existe des choses individuelles, qu’il y a plusieurs entités.

Quand on se donne vraiment à l’écoute, une véritable compréhension prend place, à savoir que " toutes choses est l’Unique ". A ce moment-là, on cesse de prétendre à une pluralité d’existences.


(…)

Un dernier mot ?

Nous pourrions le laisser à Héraclite lui-même : " C’est l’héritage légué à tous les hommes de se connaître eux-mêmes et de vivre dans la clarté. " Nous avons tous la capacité de reconnaître le vrai, car nous sommes la vérité elle-même. C’est cette vérité qui se cherche dans ce que nous appelons notre vie, nos pensées, nos paroles, nos actes. L’ombre est présente en nous afin de confondre ce reflet que nous prenons pour la lumière et de faire ressortir la vraie lumière, la lumière de l’Obscur."


C’est pourquoi le sage d’Ephèse dit : " C’est le propre de notre nature véritable de se dévoiler en se recouvrant. "

Partager cet article

Repost 0
Publié par Emmanuel
commenter cet article

commentaires

sagemesse 24/02/2015 05:56

vous pouvez vous faire servir la messe
mais vous ne pourrez jamais vous faire servir le messie
servir le messie
mais si mais si

a 26/02/2015 07:36

quand sa paupière est parfaitement mi-close, l'oeil du seigneur est reconnu
la reconnaissance est un mouvement
qui à l'intérieur creuse dans les profondeurs du ciel insondable de l'être
qui à l'extérieur grimpe jusqu'aux racines de l'arbre de la joie de la terre
et qui au passage entre les deux demeure immobile

Emmanuel 25/02/2015 06:54

Je ne puis être fidèle qu'à ce qui vient en moi s'affirmer comme Vrai
Tout homme peut-il être de Cela Son envoyé ?
Je ni sais -sourire-
Ou un parmi tous les autres, en un temps, de tous temps, doit-il être désigné ou s'imposer ?
Ni suffisamment intelligent pour le démontrer avec raison
Ni suffisamment clairvoyant pour que ma bouche seule s'anime et dise la Vérité, quoi que parfois, cela semble ainsi se passer, flots sans trace ni origine
Alors dire seulement, voilà ce qui me vient, vérité sans prétention, la mienne, puisse-t-elle un jour se révéler être son plus proche reflet ? A l'écoute, servir Ce qui vient. Interrogation sans mot devant le vide. S'inspirant auprès de ceux qui disent savoir, pour peu que leurs mots, les silences entre eux et à leur origine, fasse résonner Cela qui en moi, comme en chaque être, pré-existe.

triangle.gif

  sticker-oiseau-silhouette-2

 

La Maison d'Emmanuel

     "Tu es Cela - Plus proche que proche - Déjà là" 

___

 

Recherche

11497 10151563388252722 1707565980 a

 

Tout comme l'aigle s'en revient à son nid,

à tire-d'aile, lassé de son long voyage.

Ainsi l'âme qui dans le monde relatif et mortel des phénomènes a vécu,

s'en reviendra en elle-même,

Où elle s'endormira, libre de tout désir et de tout rêve

 

 

zafu

 

 

murugan.jpg