Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 05:40


Mon ami, espère la visite de l'Hôte tant que tu es en vie.
Plonge dans l'expérience tant que tu es en vie !
Pense...et réfléchis...tant que tu es en vie.
Ce que tu appelles "salut" appartient au temps d'avant la mort.

Si tu ne brises pas tes liens tant que tu es en vie.
Penses-tu que des fantômes s'en chargeront après ?

Cette idée que l'âme atteindra l'extase seulement parce que la chair est pourrie,
Tout cela est pur fantasme.
Ce qui est trouvé maintenant est trouvé alors.
Si tu ne trouves rien maintenant, tu termineras simplement avec un appartement dans la Cité des Morts.
Si tu fais l'amour avec le divin maintenant, dans la vie qui suit ton visage sera celui du désir satisfait.

Ainsi plonge dans la vérité, découvre qui est l'Enseignant
Et crois dans la Grande Résonance !

Voici ce que te dit Kabir : lorsque l'Hôte est recherché,
C'est l'intensité de la recherche de l'Hôte qui fait tout.
Regarde-moi et tu verras un esclave de cette intensité.

(Poème cité par Thomas d'Ansembourg dans "Etre heureux ce n'est pas nécessairement confortable")


Soufisme : article de Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Soufisme

Partager cet article

Repost 0

commentaires

toujoursplus 10/01/2009 20:45

Tu es très philosophique en effet. Mais je retiendrais le tout est dit, reste à comprendre qui m'a comment dire... percuté.

Emmanuel 11/01/2009 06:38


Oui, comme toi, cette phrase m'avait impressionné tant elle me semble juste. J'ai parcouru à nouveau ton blog ce matin, j'aime la sincérité que tu mets dans tes articles.


Toujoursplus 09/01/2009 10:58

Et dire que ça date du XVe siècle, c'est incroyable. Les grandes vérités sont immuables au cours des siècles.
Bonne journée

Emmanuel 10/01/2009 08:07



Bonjour Toujoursplus, merci pour ta visite et ton commentaire.

Quelqu'un (et je ne sais toujours pas qui (?) - souvenir vague de cours de philo) disait "Tout est dit, reste à comprendre". Le monde de la forme évolue, mais l'essence du monde demeure.
Notre rapport, regard sur le monde et notre condition humaine (naissance, vie, mort, souffrance ou) évolue-t-il au cours des siècles ?

Je dirai que oui si ce regard est conditionné par l'apparence, par notre inscirption dans le temps, avec les croyances, les us et coutumes, les techniques,...d'une société donnée.

Et je dirai que non si ce regard se place hors du temps, laissant de côté nos appartenances (nationales, religieuses, sociales...) pour percevoir directement la vie, le
monde.
Alors, en ce dernier cas, dans cette qualité de regard, nous découvrons un savoir-vivre, un savoir-être éternel et immuable, la Vie ; peut-être comme réponse à nos questions sur la vie,
ressentir profondément la Vie en soi, ainsi en l'autre, suffit ?

Alors oui en ce cas, je pense, comme tu le dis, que "les grandes vérités", les réponses aux  questions fondamentales que se posent l'Homme sont immuables ; ces réponses à  Qui suis-je ?
Ou vais-je ? Comment vivre ? (Ou comment y aller ?).

Mon point de départ personnel étant la souffrance, ma question fondamentale de base doit être "comment vivre ?" (pour ne plus ou moins souffrir, pour faire avec la souffrance).

C'était mon modeste et imparfait petit bla bla philosophique du matin.



Sonam 19/12/2008 08:57

Bonjour Emmanuel,
Par rapport au mot "esclave" qui te pose question...Pour ma part j'irai encore plus loin en disant qu'on n'a pas vraiment le choix...Soit on reste dans notre...Soit on essaye d'en sortir!On peut toujours s'endormir, se lancer dans toutes sortes de distractions, ce que nous faisons la plupart du temps, mais à un moment ou à un autre il faudra quand même se pencher plus ou moins crucialement, si on ne s'y est pas préparé, sur notre...ego!!!la voie commence là ou se termine là (je ne sais pas je n'ai pas encore expérimenté!!!) Merci encore pour ta réponse!
Bizz Sonam
ps: c'est vrai que je ne suis pas trop familière des giffs..

Emmanuel 20/12/2008 05:53



Bonjour Sonam. Je partage ce que tu dis. Notre choix est en effet restreint. On peut soit répéter les comportements, attitudes face à la vie vers lesquels nous entraîne Ego, et connaître de
manière également répétée, l'insatisfaction, la frustration, la souffrance. Soit commencer à cerner Ego et de manière de plus en plus profonde, le voir, et déjouer ses pièges, et ainsi commencer
à vivre en conscience, pour aller au-delà de la souffrance.

Une phrase me vient en tête (je crois qu'on l'attribue au bouddha Gautama) :

"[Ego] existe, la voie n'existe pas.
La voie existe, [Ego] n'existe pas."
Je t'embrasse, Emmanuel



Yog' La Vie 17/12/2008 13:20

Ton commentaire-réponse valait le détour Emmanuel! Il me semble que tu es plus détendu au fil du temps!!
Les 3 H
Humanité
Humilité
Humour! ... Même si on se fait engueuler!!

Bises!

Emmanuel 18/12/2008 04:49


Bonjour Madame Yog !

Plus détendu ? C'est possible que je me prenne moins la tête. Je pense comprendre l'importance de faire les choses avec coeur sans pour autant traquer sans cesse la moindre imperfection, part
d'ombre qui pourrait s'exprimer. Je suis d'une certaine façon peut-être plus souple avec moi-même, et moins encore soucieux du regard des autres sur ma conduite, sans pour autant le négliger. Juste
prendre de ce regard, ce qui me fait progresser dans la connaissance de mon Etre, laisser le reste qui ne me concerne pas et qui n'exprime que l'ego de l'autre. Enfin ceci reste une tendance qui
connait encore des hauts et des bas, mais moins de pics et de gouffres j'ai l'impression.

Les 3H : Tu m'as fait me rappeler que la Soeur, Maria-Juana, dont je parlais dans ma réponse disait non pas Amour et Humour, mais Humilité et Humour, même si la définition de l'humilité pourrait
être tendresse (Amour) dans la reconnaissance de ses failles, son imperfection.

Une question aussi pour toi dans ma réponse à Sonam sur le poème de Kabir.

Je t'embrasse, à bientôt.


Sonam 17/12/2008 11:22

Bonne et rieuse journée à toi aussi!
je ne maîtrise pas l'humour sur le net, mais ça en était!!!Cela permet la distanciation nécessaire !Merci aussi pour cette réponse!Sonam
"On n'est pas là pour se faire engueuler"!!!(humour)

Emmanuel 18/12/2008 04:48


Bonjour Sonam !

Bah c'est pas évident de faire passer l'humour par l'écrit, sur le net. Il y a les émoticônes qui permettent de dire ce qu'il en est, pour éviter les malentendus :   ou les "(humour)" comme tu le fais et c'est bien aussi.

Il y a aussi le niveau de fatigue du lecteur, et sa susceptibilité ainsi engendrée, à prendre en compte...

Et il y a surtout à ne pas s'interdire de s'exprimer même si ce n'est pas de l'humour.

Même si on est pas là pour se faire engueuler, il y a du bon dans les coups de gueule pour soi, pour l'autre. Ca permet de ne pas tourner en rond, de se réveiller, de quitter son nombril, etc.

Merci de m'avoir fait m'interroger sur les liens entre le poème de Kabir et la chanson de Boris Vian, je ne m'étais pas aperçu qu'une distance entre les deux pouvait apparaître, et de m'apercevoir
qu'il parlent finalement, d'une manière différente de sujets communs : le rapport à la vie, à la mort, au bonheur.

N'y a t'il pas une phrase, et plus particulièrement un mot qui a retenu votre attention, vous a interrogé dans le poème de Kabir ? (Je pose la question tout autant à toi Sonam, qu'à Madame Yog,
qu'à Gazou ou à d'autres lecteurs qui liraient ce commentaire).

Pour ma part c'est le mot "esclave" dans : "Regarde-moi et tu verras un esclave de cette intensité"
Sommes-nous dépendant, asservi par cet état de conscience que nous appelons de nos voeux, que nous cultivons, pour lequel nous produisons quelques tendres efforts, que nous connaissons plus ou
moins,... ?
Pour moi "L'esclave" est celui dont la vie et la mort dépendent de son maître, celui qui ne jouit d'aucune liberté que celle que veut bien lui accorder son maître.

Je me dis que Kabir a raison d'employer ce mot (si la traduction reproduit fidélement son écrit), lorsque nous ne faisons plus qu'un avec la voie, "Je" n'est plus. "Je" est asservi à la volonté de
ce qui le dépasse, et en ce sens notre être devient esclave de la Voie. Tout en se libérant d'égo notre être accepte alors une volonté supérieure comme sienne.

Paradoxe : notre être devient esclave, dépendant d'une volonté extérieure en même temps que nous nous libérons d'ego et de son conditionnement.

Ne connaissez-vous pas ce sentiment de percevoir les limites de la Voie. En ce sens qu'un signal nous est donné -comme le maître qui tire sur la chaîne de son esclave- lorsque nous nous éloignons
de la voie que nous devons suivre ?

Certes esclave est un mot connoté négativement je pense pour nous. Mais je crois que sous un certain regard ce mot est juste. Et que les chaînes nouvelles ne sont pas lourdes à porter. La liberté
accordée par le maître est grande, jouissive pour peu que nous restions dans le chemin.

Non ? Qu'en penses-tu ? Qu'en pensez-vous ?

Je t'embrasse, à bientôt


triangle.gif

  sticker-oiseau-silhouette-2

 

La Maison d'Emmanuel

     "Tu es Cela - Plus proche que proche - Déjà là" 

___

 

Recherche

11497 10151563388252722 1707565980 a

 

Tout comme l'aigle s'en revient à son nid,

à tire-d'aile, lassé de son long voyage.

Ainsi l'âme qui dans le monde relatif et mortel des phénomènes a vécu,

s'en reviendra en elle-même,

Où elle s'endormira, libre de tout désir et de tout rêve

 

 

zafu

 

 

murugan.jpg