Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 06:15

Ego, dessin illustrant un texte de Serge Carfantan sur l'ego

Table des matières

[Pages 141 à 166 non saisies et/ou résumées]

Chapitre VIII : Les relations éclairées
Renoncez à la relation que vous entretenez avec vous-même

[Extrait page 167 :]

Si vous ne réussissez pas à vous sentir bien avec vous-même quand vous êtes seul, vous chercherez à établir une relation avec une autre personne pour masquer le malaise.
Mais vous pouvez être sûr que le malaise refera surface sous une forme ou une autre dans la relation et que vous en rendrez probablement votre partenaire responsable.

Tout ce dont vous avez vraiment besoin, c'est d'accepter totalement l'instant présent. Vous êtes alors bien dans l'ici-maintenant et avec vous-même.

Mais avez-vous absolument besoin d'être en relation avec vous-même ? Pourquoi ne pouvez-vous être simplement vous-même ?
Quand vous êtes en relation avec vous-même, vous êtes divisé : d'un côté, il y a le "je" et de l'autre "le moi-même", soit le sujet et l'objet. Cette dualité créée de toute pièce par le mental est la cause de toute complexité superflue, de tous les problèmes et conflits qui surgissent dans votre vie.

Quand vous êtes réalisé, vous êtes vous-même. Autrement dit le "vous" et le "vous-même" ne font plus qu'un. Vous ne vous jugez pas, vous ne vous prenez pas en pitié, vous n'êtes pas fier de vous, vous ne vous aimez pas, vous ne vous détestez pas, etc.

La division causée par la conscience, qui revient sur elle-même est résorbée, et sa malédiction, éliminée. Il n'y a plus de "moi" à protéger, à défendre ou à sustenter. Quand vous êtes réalisé, vous n'entretenez plus cette relation avec vous-même. Une fois que vous y avez renoncé, toutes les autres relations deviennent des relations d'amour.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Emmanuel de Lussac - dans Eckhart Tolle
commenter cet article

commentaires

Yog 31/08/2009 00:15

Comme c'est reposant de lire cela! Ne rien attendre. Être en état de yoga dirait-on aussi.

Emmanuel de Lussac 01/09/2009 05:49


Coucou Madame Yog ! Bonne journée !


qui donc? 27/08/2009 07:43

Bonjour, tu es bien beau, qui es-tu ?

- Je suis le miroir.

- A quoi ça sert ,

- A se voir dedans

- C'est moi ça ?

- Bien sûr.

- Je ne comprends pas. Tu es sûr que c'est moi, je ne me reconnais pas.

- Ca viendra, il faut que tu fasses des efforts pour ressembler à cette image.

- Mais je ne veux pas ressembler à ça. Elle n'est pas belle.

- Mais si, quand tu seras comme elle, tu verras.

- Je ne veux pas.

- Tu n'as pas le choix. Pour exister, pour être aimé, il faut être cette image.

- Comment on fait pour être cette image ?

- Il faut la regarder sans cesse, y penser sans cesse.

- Est-ce qu'elle est vraie cette image ?

- Oh, quelle honte de poser une question pareille !

*************************************************

"Une très belle femme qui regarde son image au miroir peut très bien croire qu'elle est cela. Une femme laide sait qu'elle n'est pas cela."

[ La Pesanteur et la Grâce )
SIMONE WEIL

******************************************************
Un homme pas trés à l'aise en son être,
s'en va voir un célèbre psy,
celui-ci conclut l'entretien en lui disant:

"Soyez vous-même et tout ira pour le mieux"!

L'homme satisfait rentra chez lui.
un temps. le même homme se trouve devant
un juge au tribunal.
Le juge: vous êtes condamné pour avoir
été livré à VOUS-MÊME!

Emmanuel de Lussac 28/08/2009 05:00


Bonjour Qui donc ?
J'aime bien ta citation de Simone Weil.
Ce qui me vient c'est que la différence à une norme peut contribuer à entreprendre le chemin vers la connaissance de soi de manière plus rapide.

Je ne crois pas qu'il y ait d'effort à faire pour être ce que nous sommes si ce n'est celui de maintenir un regard neutre, conscient, sur ce qui nous agit (agite), meut.
Les passions que nous abritons se défont sous ce regard. Nous ne sommes plus leur jouet. Enfin beaucoup moins en ce qui
me concerne.

En quoi cet homme peut-il être condamné par la justice des hommes ? Quelle loi pourrait-il enfreindre en étant lui-même ?
En quoi notre coeur, notre identité véritable et immuable pourrait-elle aller à l'encontre d'autres hommes ?

Je ne suis pas sûr que le désir d'être aimé soit toujours un bon moteur pour se découvrir.


Lilou 10/08/2009 14:38

Prés du'petit veilleur qui s'ensommeille' j'ai trouvé :

"Laisses toi guider par son parfum
Jusqu'à la porte de mon coeur "

Ainsi les mots nous portent..à notre porte
chaque fois que nous les laissons résonner en nous.

Mes pas sont faits de mots qui posés bout à bout
délivrent en moi la vie qui s'était assoupie.

Merci pour ce partage.

sonam 10/08/2009 14:09

C'est bien de comprendre comme tu le dis à travers des auteurs, citations, car on accède à une certaine sagesse et c'est ce qui va nous laisser de l'espace, de la liberté à notre esprit pour retrouver sa clarté naturelle, dissoudre la dualité, l'observateur et l'observé...
Ca a l'air simple mais demande un peu de temps pour tout intégrer et dissoudre en fin de compte dans notre nature originelle pour ne plus être en relation avec soi même mais être. Il y a autre chose aussi : avoir confiance!Hors jugements, doutes etc...Le plus dur!
Sonam

Emmanuel de Lussac 28/08/2009 05:30


Bonjour Sonam. Ces grands moments de doutes s'ils sont inconfortables, sont aussi salutaires.
Ils nous invitent à nous recentrer, à discerner ce qui mérite d'être poursuivi, ce qui ce doit d'être abandonné.
Après en voir traversé un nous savons que les suivants le seront à leur tour.


sonam 09/08/2009 14:57

Etre soi -même et non en relation avec soi même, ça a l'air tellement simple et pour autant on en écrirait pas autant!!!
"Coucou en passant" comme dirait ma fille!
Sonam

Emmanuel de Lussac 10/08/2009 08:10


Bonjour Sonam,

Simplicité.  j'aime ce mot. je me dis souvent qu'il est la clef de ma compréhension, et d'un mieux-vivre. Et
pourtant, je vais parfois chercher plus loin, plus compliqué, jusqu'à saturation.
Jusqu'à ce que l'esprit ne voit plus qu'une forêt de mots, lui masquant la réalité qu'il entendait approcher dans un premier mouvement, ne sachant plus vraiment ce qu'il recherche. Il n'y a plus
que des mots.

Il est en moi quelque chose qui sait sans mot, une intelligence naturelle. C'est celle que j'ignore trop souvent.
Retrouver ce que me disait Frédéric à ce sujet, il me semble qu'il en parle dans un de ses derniers commentaires. (sagesse naturelle)

Quand se met-elle en mouvement ? Il me viendrait (et c'est sûrement là la réponse à ma question : laissez venir.) que cette intelligence naturelle vient quand tout ailleurs en soi s'immobilise, se
tait, capitule, quand le désir de maîtriser, la volonté de réussir et la peur d'échouer n'est plus. Quand "aimer vraiment" devient le moteur de mon être.

Les réponses que je cherche et partage ici, au travers essentiellement ces derniers temps des mots d'auteurs, de maîtres spirituels ne sont pas les réponses définitives.

Ces réponses seront réellement réponses, quand mon être tout entier les mettra en mouvement (les met parce qu'il les met parfois, mais je l'ignore bien souvent) . Je manque de mots ici pour décrire
cela, comprenez-vous ce que je veux dire ? (peut-être avez-vous les mots pour le dire).
La réponse est vécue, pas analysée, réfléchie, mais vivante. C'est alors mon être tout entier qui l'exprime. Cette réponse ne peut-être contenue, elle est torrent, elle est la vie.

Ne sommes-nous pas des maîtres qui s'ignorent ?
Non pas rechercher, mais découvrir, révéler, laisser émerger.
Trop de mots, de volonté de saisir, masquent la réalité que nous souhaitons appréhender.
Laisser venir, simplicité.


triangle.gif

  sticker-oiseau-silhouette-2

 

La Maison d'Emmanuel

     "Tu es Cela - Plus proche que proche - Déjà là" 

___

 

Recherche

11497 10151563388252722 1707565980 a

 

Tout comme l'aigle s'en revient à son nid,

à tire-d'aile, lassé de son long voyage.

Ainsi l'âme qui dans le monde relatif et mortel des phénomènes a vécu,

s'en reviendra en elle-même,

Où elle s'endormira, libre de tout désir et de tout rêve

 

 

zafu

 

 

murugan.jpg