Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 07:07
Arnaud Desjardins : Approches de la méditation
(Editions de La Table Ronde - Paris, 1989)
Extraits et résumés


DEUXIEME PARTIE : TETE, CORPS ET COEUR

Chapitre 3 : La maîtrise des pensées
[3.4 : pages 90 à 94]

La rupture, peinture de Bernard Devenasse

(Page 90)

Il existe donc deux lignes de travail sur soi-même dont l'une est préférable à l'autre.

 La première consiste à observer les pensées et à les mettre en cause en les référant à la vérité : "Que dit la vérité ? Il faut que j'essaie de la découvrir."
Cette approche évite le refoulement qui vous oblige à enfouir juste au-dessous du seuil de la conscience ce que vous ne voulez pas voir. La réalité refusée agit comme un ferment et vous empêche d'être détendu, à l'aise.

La seconde ligne qui vient ensuite correspond à la décision de ne plus penser pour demeurer établis dans ce que la tradition indienne appelle ananda, la joie qui demeure. Vous êtes heureux, bien situés dans un sentiment stable de sérénité, de réconciliation, de communion. Et puis de nouveau votre coeur se referme, vous voici inquiets, soucieux, et d'une manière ou d'une autre, négatifs. "Je ne veux plus de ces pensées. J'arrête" Il faut vous montrer intraitables à l'égard de votre propre négativité.

Dans cette ligne-là, quitter la tête pour revenir au coeur vous aidera beaucoup, au moins dans certains cas, car il se peut que vous entendiez un autre langage dans le coeur que dans la tête.[...]
La plupart du temps, vous reconnaitrez le même langage dans le coeur et dans la tête, c'est-à-dire que l'émotion correspondra aux pensées et les pensées à l'émotion. Mais il se peut aussi que vous ayez une certaine vision d'une situation qui, de temps à autre, soit juste, beaucoup plus juste, et qui soit proche d'un sentiment d'ouverture.

(Page 91)

[...]
L'émotion et la pensée interdisent la vision.
Vous allez constater, par rapport à un thème donné, que par moments votre vision correspond à un état heureux, ouvert, paisible et que par moment s'impose à vous une tout autre perception qui vous amène à des conclusions radicalement différentes.
Les pensées se modifient selon votre coloration émotionnelle.
Suivant la manière dont vous êtes situés affectivement, la même situation existentielle, les mêmes perspectives d'avenir sont envisagées avec inquiétude ou sérénité.
Cela oscille : tantôt la vision pessimiste vous submerge, tantôt la vision sereine reprend le dessus. Je ne parle pas d'un optimisme fondé sur l'aveuglement et correspondant à une émotion manifeste comme celle de Perrette qui se voit déjà milliardaire avec son lait. Non je parle d'une approche positive sans excitation. Vous ferez très bien la différence.

Comment se fait-il que la même réalité soit vue tantôt avec espérance et tantôt avec un regard empreint d'inquiétude ? Et surtout comment savoir laquelle des deux est juste ?

(Page 92)

[...] Quand vous oscillez d'une vision à une autre, la vision juste est celle qui correspond au sentiment détendu, heureux, et la vision fausse celle qui correspond à une émotion négative, pénible, qui vous met mal à l'aise.

Pour réussir [...] à être le maître de la situation [...] il faut que vous arriviez à saisir comment vous basculez d'une vision juste à une vision fausse à partir d'un indice qui vous inquiéte ou vous rassure. Vous y parviendrez si, dans les moments où vous êtes ouverts et détendus, vous réussissez à vous souvenir du type de pensées qui vous préoccupe quand vous êtes inquiets. Vous pourrez alors regarder tranquillement ces pensées. Il s'agit d'un réel travail de disciple qui ne peut se faire que consciemment : "A l'instant, mon coeur est ouvert, et j'ai tendance à voir les choses d'une manière plutôt sereine mais il faut que je me souvienne des pensées qui surviennent quand je suis dans un autre état émotionnel".

Vous souvenir de vos émotions négatives quand vous êtes bien centrés vous permettra  d'acquérir la maîtrise des pensées. Si vous allez un peu trop loin pour raviver ces pensées, subitement l'émotion négative va resurgir. Attention à ne pas vous laisser submerger en pratiquant cet exercice : si l'émotion négative revient, essayer de retrouver directement l'ouverture du coeur permet une lutte efficace contre les pensées qui se précipitent sur leurs thèmes préférés et déclenchent la peur de l'avenir immédiat ou lointain.

Si vous vous identifiez complètement aux pensées, vous ne retrouverez plus trace de cette sérénité, mais en fait, il y a un moment précis, qu'il faut apprendre à détecter, où les pensées négatives commencent à réapparaître. Si vous revenez alors à votre coeur, vous vous rendez compte qu'il ne s'est pas encore complétement refermé. Les pensées prétendent : "Ca va être terrible" à cause de la force d'inertie des habitudes mentales ; mais le coeur, lui, ne tient pas encore ce langage. Il existe un petit décalage.

(Page 93)

Et, si vous vous centrez sur le coeur vous avez une possibilité de ne plus être dupes des pensées et d'y mettre fin. Pour cela, il vous faudra acquérir une habileté qui ne grandira qu'avec l'exercice.
Vous ne pouvez plus vous permettre, à propos d'un thème donné, celui qui domine votre existence par exemple - chacun possède le sien - de vous comporter comme une girouette qui vire au gré des pensées.

Souvenez-vous de cette règle toute simple, si la vision est sereine je vois, si la vision se révèle pessimiste je pense.

Pour ne plus osciller de l'une à l'autre, entraînez-vous, dans la vision sereine, à vous souvenir des pensées habituelles qui vous agitent, de manière à établir une confrontation. Juxtaposer les deux visions jusqu'à ce qu'il n'y ait plus division.

Même si cet exercice s'avère difficile, il faut le pratiquer, cela fait partie du chemin qui vous conduira à ne plus basculer d'un état à un autre sans aucune maîtrise. Si dans les instants où vous êtes serein, vous pouvez retrouver volontairement les raisonnements que vous tient le mental sous le coup de l'émotion, lorsque l'émotion reviendra d'elle-même avec son cortège de divagations qu'elle présente comme véridiques, vous ne pourrez plus en être le jouet.
En prenant la peine de vous souvenir délibérément des pensées anxieuses qui vous assaillent dans la vie courante, inversement, il vous sera possible, quand l'émotion négative surgira, de retrouver la vision juste de votre situation.

Vous êtes tantôt dans un état détendu où vous ne pensez plus, tantôt dans un état émotionnel où de nouveau, vous pensez.
Il faut réussir à établir un lien entre ces deux états afin qu'ils ne soient plus complètement dissociés en vous. Quand il y a émotion, vous pensez. Toutes ces pensées, toutes, du moment qu'il y a la moindre émotion, sont erronées.
Elles n'ont aucun intérêt, aucune valeur, et plus vite vous réussirez à les éliminer ou à leur interdire l'accès de votre cerveau, mieux cela vaudra.

(Page 94)

Dans les instants de calme où vous êtes bien disposés, vous avez plus de facilité pour voir ce que le mental vous propose quand il vous submerge et confronter vos pensées négatives avec la réalité - oui ou non ont-elles une valeur ? - afin que la prochaine fois vous ne puissiez plus y croire. De cette manière, quand le mental recommencera à fonctionner à vos dépens, vous pourrez établir le lien dans l'autre sens et retrouver l'ouverture du coeur.


Résumé et extraits d'Approches de la méditation d' Arnaud Desjardins .- Editions de La Table Ronde, Paris, 1989.
Table des matières

Partager cet article

Repost 0
Publié par Emmanuel de Lussac - dans Arnaud Desjardins
commenter cet article

commentaires

Bernard Devenasse 27/02/2010 10:48


Bonjour,

Je suis surpris de retrouver ma toile en illustration sur votre blog! Je vous remercie pour le lien vers mon site. Il aurait toutefois été sympa de m'en parler préalablement.
Sans rancune.


Emmanuel de Lussac 14/03/2010 06:40


Merci Bernard pour votre oeuvre, votre commentaire. En effet, jusqu'à présent j'ai pris sans demander les oeuvres de différents artistes trouvées sur le net pour illustrer mes articles prenant soin
toutefois d'en indiquer les auteurs et de faire un lien vers leur site.
Dorénavant je prendrais le temps de demander au préalable. Il n'y a plus d'urgence...
Bonne journée, Emmanuel.


triangle.gif

  sticker-oiseau-silhouette-2

 

La Maison d'Emmanuel

     "Tu es Cela - Plus proche que proche - Déjà là" 

___

 

Recherche

11497 10151563388252722 1707565980 a

 

Tout comme l'aigle s'en revient à son nid,

à tire-d'aile, lassé de son long voyage.

Ainsi l'âme qui dans le monde relatif et mortel des phénomènes a vécu,

s'en reviendra en elle-même,

Où elle s'endormira, libre de tout désir et de tout rêve

 

 

zafu

 

 

murugan.jpg