Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 08:10
Arnaud Desjardins : Approches de la méditation
(Editions de La Table Ronde - Paris, 1989)
Extraits et résumés


DEUXIEME PARTIE : TETE, CORPS ET COEUR

Chapitre 3 : La maîtrise des pensées

[3.5 : pages 94 à 100]

Conversations, peinture de Charline LEVEQUE

(Page 94)

[A. Desjardins nous invite à nous pencher sur nos distractions, sur leur utilité] "pour progresser vers la recherche du Soi", "la perte de temps" [qu'elles représentent]. [Exemples choisis : nos lectures sur la vie des artistes, des hommes politiques,].
"Autrefois, un ascète ou un mystique ne consacrait pas une pensée à tout ce que les journeaux ou les magazines d'aujourd'hui nous donnent en pâture. On ne peut pas imaginer un yogi ayant le cerveau farci d'informations sur les vicissitudes de la politique."
[Autre exemple : les inquiétudes que nous nourrissons sur le résultat] des prochaines élections.


(Page 95)

[...]
"Il faut commencer par détecter les formes les plus flagrantes de ce gaspillage d'énergie."
[...]
"Il est malheureux que des "chercheurs de la vérité" se permettent d'abriter et de nourrir ce genre de pensées"
[...]
Il n'est pas nécessaire pour vous d'avoir mille idées sur des réalités qui ne vous concernent pas immédiatement et que de toute façon vous ne pouvez pas modifier.  Je ne dis pas qu'il faille voter au hasard en mettant tous les noms des candidats dans un panier pour en tirer un à la courte-paille. Mais croyez-vous qu'en écoutant tous les jours les nouvelles à la télévision ou en lisant tous les journeaux, vous en savez honnêtement plus long pour voter ?"

(Page 96)

"Ce que je dis là peut sembler paradoxal dans les conditions de notre monde moderne qui accorde tant de valeurs à "l'actualité". Pourtant j'affirme qu'en vous gavant d'informations inutiles, vous tournez le dos à la Réalité qui réside au coeur de vous mêmes. Vous n'arriverez pas à la maîtrise des pensées si vous n'utilisez pas tous les moyens qui sont à votre disposition et ne devenez pas beaucoup plus vigilants sur la manière dont vous laisser les autres penser pour vous par l'entremise des médias.

[...] "Contrôler ses conversations" : [De quoi, qui parlons-nous ? Comment ? A quelle fin ?]
"Il faut sentir un jour que parler sans contrôle se situe au-dessous de votre dignité."

[...]
"Une réflexion consciente a bien sûr sa place sur le chemin. [...] Mais vous verrez sans peine que les pensées et les conversations mécaniques ne sont nécessaires ni pour vous conduire vers la réalisation du Soi, ni même pour les poursuites ordinaires de l'existence.[...]

"Ces longs bavardages dans lesquels vous vous complaisez nourrisent des pensées non conformes à la vérité et ne vous aident en rien à assumer les nécessités de la vie.
Savoir ce que vous êtes en train de dire représente une première discipline et vous demande évidemment cette dissociation qui permet de constater : je prononce des paroles indignes d'un disciple."


(Page 97)

Vous allez découvrir que ces conversations sont une manière de penser au lieu de voir puisque vous énoncez des affirmations sans les vérifier : vous racontez un fait mais vous le déformez ; vous prêtez une parole à quelqu'un mais ce ne sont pas ces mots là qu'ils ont utilisés. En fait, il s'agit du sens que vous, vous avez donné à ces mots et maintenant vous employez vos mots à vous comme si c'étaient les siens. Il faut surprendre en flagrant délit ces compromissions du mental lorsque vous parlez : "Je me suis permis de dire quelque chose sur quelqu'un et si on me mettait au pied du mur, je serai obligé de reconnaître que j'ai exagéré."

[...] [Faire attention] aux expressions toutes faites que l'on emploie dans nos conversations. [Exemples : ] [Untel] "ne fait que des erreurs". "On ne peut jamais faire confiance aux femmes".

(Page 98)

Une personne engagée sur le chemin ne peut plus admettre de laisser échapper une phrase comme celles [énoncées plus haut]  qui [vont] directement à l'encontre de la rigueur dont tout disciple doit faire preuve. Pourtant vous vous surprendrez à répéter des généralités que vous énoncez comme des lois ou à déformer ce qui vous a été dit.

Il y avait jadis beaucoup moins de dispersion et d'occasions de gamberger qu'il n'y en a aujourd'hui et la sadhana était pourtant déjà difficile. Ne vous comportez pas de manière à la rendre pratiquement impossible.

Autre point, surveillez la tonalité générale des conversations [que vous tenez : positive, négative ?]

[...]
[Dans nos conversations, il nous arrive de penser] "tout haut et il se produit une surenchère, chacun entraînant l'autre, le plus souvent sans aucun contrôle. [...] Votre manière de voir se révèle entièrement différente à une semaine d'intervalle. La conscience viendra d'abord si vous surveillez ce que vous dites quand vous pensez tout haut. Ensuite, vous pourrez vous attaquer à la maîtrise de votre mental.

(Page 99)


[...]
Lorsque votre coeur est fermé, que vous êtes coupés de votre profondeur, de la béatitude fondamentale qui est l'essence de votre être, vous êtes en même temps coupés des autres, coupés de l'harmonie universelle, coupés de la communion, et vous vous sentez petits, mesquins. Les pensées vous isolent alors que la vision vous relie. Et quand vous voyez, vous savez la décision qui doit être prise. Quelle différence ! Luttez de toutes vos forces pour ne pas vous laissez engloutir par vos pensées. Vous remporterez assez vite des victoires sur des points qui vou sautent aux yeux ; dans d'autres domaines vous aurez encore des faiblesses et vous ne vous rendrez pas compte que vous quittez le monde objectif pour votre monde subjectif.

Attention le mental se montre très rusé. Il vous suivra pas à pas, jusqu'au dernier jour, jusqu'à la victoire ultime. Quand vous aurez progressé dans un domaine, il vous talonnera dans un autre.

[...]

Je pense ou je vois ? C'est la question cruciale. Il ne s'agit plus seulement d'avoir moins d'émotions, d'être moins anxieux, de cicatriser les blessures de l'enfance.

(Page 100)


Il s'agit de beaucoup plus que cela : ici, maintenant, cet après-midi, hier, demain, ce soir est-ce que je pense, est-ce que j'ai pensé ?
Et, si je pense, ces pensées sont-elles nécessaires ? Est-ce qu'elles m'ouvrent le coeur ? Est-ce qu'elles me mettent en communion ? Est-ce qu'elles me font progresser sur le chemin ? Est-ce qu'elles vont me conduire plus près de Soi, plus près de ma Nature-de-Bouddha. Oui ou non ?
[...]
Or, chaque fois que vous pensez, vous vous éloignez un peu plus du but, que vous l'appeliez Royaume des Cieux, éveil, libération, nirvana ou réalisation du Soi.
[...]
[...] Souvenez-vous qu'il n'est pas possible d'avoir le coeur ouvert, d'être en état de grâce, en état d'amour, et en même temps de penser.

 Si vous êtes sans pensée, vous vivez dans le monde. Si vous chérissez des pensées, vous vivez dans votre monde. Vous ne pouvez pas à la fois rester dans votre monde et progresser sur le chemin de l'éveil. A vous de choisir.


Résumé et extraits d'Approches de la méditation d' Arnaud Desjardins .- Editions de La Table Ronde, Paris, 1989.
Table des matières

Partager cet article

Repost 0
Publié par Emmanuel de Lussac - dans Arnaud Desjardins
commenter cet article

commentaires

triangle.gif

  sticker-oiseau-silhouette-2

 

La Maison d'Emmanuel

     "Tu es Cela - Plus proche que proche - Déjà là" 

___

 

Recherche

11497 10151563388252722 1707565980 a

 

Tout comme l'aigle s'en revient à son nid,

à tire-d'aile, lassé de son long voyage.

Ainsi l'âme qui dans le monde relatif et mortel des phénomènes a vécu,

s'en reviendra en elle-même,

Où elle s'endormira, libre de tout désir et de tout rêve

 

 

zafu

 

 

murugan.jpg