Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 04:58


PRÉFACE : page 7

Première partie : Vue d'ensemble

1. CONCENTRATION ET MÉDITATION :

pages 13 à 44

1.1 pages 13 à 23 : distinction entre concentration et méditation - les supports de concentration intérieurs et extérieurs - distinction entre identification et identité - Zazen

1.2 pages 24 à 37 : la position de témoin : "laissez-les venir, laissez-les partir", "laissez-les venir elles s'en iront" : accueillir les distractions et regarder - Trois formes d'énergie en nous : physique, mentale, émotionnelle : se servir du petit pouvoir que nous avons sur notre corps et nos pensées pour apaiser l'émotion - s'exercer à la vision des pensées, des associations d'idées sur fond de vide, comme on regarde passer les oiseaux dans un ciel bleu- exercice pour développer la liberté du témoin.

1.3 pages 37 à 44 : la méditation est un non-faire, non-agir, non-effort - ne pas réduire la méditation à un avoir, à un profit - plus que la présence à soi-même, l'effacement de soi-même - la supraconscience- ne méditez ni contre ni pour - OUI - l'essentiel est dans la vigilance dans l'action - c'est dans le courant de l'existence que l'on érode les obstacles à la méditation- en deça plutôt qu'au-delà- dépasser la distinction méditation-non méditation - ne laisser pas l'égo méditer, aspirez à l'effacement !

2. L’ÉROSION DES OBSTACLES :
pages 45 à 74

2.1 pages 45 à 48 : S'attaquer à la source même des obstacles à la méditation - différence entre chitta et manas

2.2 pages 49 à 54 : Retour sur la position de témoin - Les expressions "faire silence" - "faire le vide" "Etre immobile" - La méditation est une non-pratique - Purification de Chitta (samskara et vasanas).

2.3 pages 54 à 62 :
"Je n'ai pas fait ce que j'avais à faire, je n'ai pas reçu ce que j'avais à recevoir, je n'ai pas donné ce que j'avais à donner. Cinquante pour cent des agitations, des pensées, des tourbillons de chitta proviennent d'une vie mal gérée en ce moment, ces dernières semaines, aujourd'hui.
"Qu'est-ce que je peux faire tout de suite ? Qu'est-ce que je peux donner tout de suite ?
Qu'est-ce que je peux recevoir tout de suite ?
" Deliberate living, une existence délibérée, consciente heure après heure.

2.4 pages 62 à 67 : Satisfaire ses désirs, sans forcément les accomplir. Avoir une vision vraie de notre être : entre nostalgie de l'intérieur et fascination pour l'extérieur. Nous serons disponibles pour nous tourner vers la Conscience quand nos désirs seront entièrement satisfaits et entièrement déçus. Difficultés dues à notre inscription dans une société reposant sur la consommation et la recherche incessante de la satisfaction de multiples besoins. Quand le bouddha Gautama découvre la maladie, la vieillesse, la mort, et le détachement du monde.

2.5 pages 67 à 71 : Deux démarches : la ligne bouddhiste et la ligne hindoue -
"Le Chemin se situe à l'intersection de ces deux mouvements : le mouvement vers l'intérieur et l'érosion du mouvement vers l'extérieur, le dynamisme centrifuge." - Vous allez diminuer le mouvement vers l'extérieur  de deux façons :
"Je vais donner satisfaction à ces demandes pour qu'elles s'apaisent" et "Mais qu'est vraiment ce monde qui me captive à ce point ?

2.6 pages 71 à 74 : Une troisième démarche : la démarche tantrique.

Réconciliez l'intense et permanente aspiration à l'Absolu et la réalité du désir. Mais sans mensonge, sans compromission, sans illusion, dans la rigueur [...] et en considérant que l'Ultime est au-delà de tous les koshas et révélé par la disparition de tous les désirs.
Ne prenez jamais à la légère et ne parlez jamais inconsidérément d'un thème aussi grave : l'accomplissement conscient de vos désirs pour en être libres.- "A mesure que les désirs et les peurs perdent leur emprise, vous commencez à entrevoir ce que peut-être le silence de la méditation."
"Les grandes demandes sont toujours là mais, comme des créanciers, elles ont confiance que vous tiendrez compte d'elles puisque vous avez fait ce que vous pouviez déjà faire pour les appaiser. Et tout naturellement elles vous octroient un moment de vrai silence."

Deuxième partie :  Tête, corps et coeur

3. LA MAITRISE DES PENSÉES :
pages 77 à 108

3.1 pages 77 à 83 : Qu'est ce que Swâmi Prajnanpad entend par "absence de pensées" - Distinction entre penser et voir - Implication de l'émotion dans la pensée - Ouverture du coeur dans la vision et absence d'émotion- Distinction semblable chez Gurdjieff entre "penser actif" et "penser associatif". Trois types de pensées : celles qui doivent disparaître, celles qui sont à raréfier, celles qui sont nécessaires.

3.2 pages 83 à 87 : L'émotion n'est jamais justifiée - Faire disparaître toutes les pensées entachées d'émotion- Cercle vicieux pensées-émotion - Ne pas refouler mais prendre conscience des pensées pour en démasquer la fausseté ; le refus catégorique des pensées a pour préliminaire leur discrimination. Seuls sont nécessaires les pensées (pensées maîtrisées, visions) concernant nos projets de vie.

3.3 pages 87 à 90 : Plus que le travail sur les émotions, c'est la maîtrise et le contrôle des pensées qui importent - Pour discerner entre penser et voir un critère : il n'existe aucune certitude dans les pensées - Le préalable à tout changement de niveau d'être : la capacité à se dissocier de ses pensées, à discriminer entre la pensée et la vision. Nous devons faire face aux poids des habitudes, à la puissance de suggestion du mental. C'est dans le quotidien, les situations concrètes, que nous pouvons le mieux détecter les illusions.

3.4 pages 90 à 94 :
...du mal à résumer ces pages, y revenir...

3.5 pages 94 à 100 : Nos distractions, leur utilité - les pensées des autres dispensées par les médias - Contrôler nos conversations - voir leur contenu, leur véracité, leur tonalité

3.6 pages 100 à 108 : Pensée et karma - Ce n'est pas le contenu des pensées qui importent mais la manière dont on les vit- Ne pas avoir peur de nos pensées, ne pas les jugez mais savoir aussi y mettre un terme - Faire la différence entre prévision et imagination - Pour satisfaire certains désirs sans les accomplir : la visualisation consciente et délibérée de leur accomplissement - "See and feel" : "Voyez et ressentez".

4. LA CONSCIENCE DU CORPS :
pages 109 à137

4.1 pages 109 à 113 : La plupart des méditations prennent appui sur le corps - Le lâcher-prise - L'importance du travail sur le corps dans la pratique spirituelle - Une rééducation pour les occidentaux que nous sommes est nécessaire : prendre conscience de notre corps, de nos crispations, de notre respiration. En prenant le corps comme point d'appui on se soumet à un ordre dont on est pas l'inventeur (hors d'ego) et qui est l'ordre de la nature.

4.2 pages 113 à 120 :
Abandon au souffle - Relâchement musculaire- relâchement mental - "Lâcher-prise, aller avec" - Une posture stable et agréable -
Exercice de relâchement musculaire, sensation intérieure, profonde des différentes parties du corps - "Intérieurement soyez activement passif, extérieurement soyez passivement actif".

4.3 pages 120 à 124 : Exercice  de relâchement - perception du corps dans sa globalité et ses parties.

4.4 pages 124 à 127 : En prenant conscience, du corps dans sa globalité et ses parties, d' Annamayakosha, le premier revêtement de l'être, sa couche grossière, physique, on prend conscience de Pranamayakosha, le revêtement fait de vitalité, la couche pranique de l'être.
Nous baignons dans une énergie, le prana, et cette énergie peut-être non seulement perçue mais aussi dirigée, maîtrisée, accumulée.

4.5 pages 127 à 130 : Sortie de méditation, de l'immobilité : retour conscient au mouvement, perception globale de tout l'être, des éventuelles tensions dues à l'imperfection de la posture.

4.6 pages 130 à 133 :
Après un relâchement lent du corps, en donnant notre attention plusieurs minutes à chaque partie de notre corps "on prend conscience qu'il y a un mouvement d'énergie lourd qui s'accomplit vers le bas, et un autre mouvement, d'énergie fine légère qui s'élève depuis la base" [de notre corps]. On découvrira "que le centre de l'immobilité, c'est le hara, le bas-ventre, tandis que le centre du mouvement, lui est situé dans la base du dos, dans le sacrum"

4.7 pages 134 à 137 : article restant à effectuer...

5. LE HARA ET LE COEUR :
pages 139
à 168

5.1 pages 139 à 148 : "C'est dans le hara que vous vous trouverez vous-même mais c'est dans le coeur que vous trouverez Dieu". "Avant de dépasser l'égo, il faut d'abord un égo en bonne santé."Le maître d'A. Desjardins disait : "vous ne pouvez pas bondir de l'anormal au supranormal". "Il existe [...] un chemin préparatoire qui vous conduira à une certaine force de caractère mais qui tout naturellement se poursuit et vous permet ensuite de dépasser le sens du moi séparé et limité."

5.2 pages 148 à 159 :
Le hara, entre le haut du pubis et nombril, le centre de gravité de l'homme. (Cf. le hara, centre vital de l'homme de Dürckheim). La concentration dans le hara peut vous permettre de gagner une force précieuse pour la vie ordinaire, sans que ce soit un empêchement pour ensuite dépasser l'égo. C'est le point d'appui corporel idéal.
"
Dans ce centre vital, il n’y a pas de pensées inutiles, il n’y a pas ce fatras de l’intellect et du mental coupés de la vie; il n’y a pas non plus ces émotions infantiles par lesquelles vous vous laissez si vite emporter. Vous y trouverez au contraire une puissance stable qui vous dépasse tout en étant vôtre et qui se révèle facilement canalisable pour ne pas cristalliser l’ego sur lui-même. Elle ne vous conduira pas dans l’impasse d’une force de caractère et d’une résistance aux chocs qui soient en même temps une prison."

5.3 pages 159 à 168 : "Certes, nous pouvons découvrir aussi en nous une énergie fine que l’on sent même monter le long de la colonne vertébrale et qui donc s’élève comme la flamme d’un feu ou la fumée d’un bâton d’encens. Mais d’autres courants d’énergie doivent se diriger naturellement vers le bas. Tous les enseignements ésotériques décrivent l’homme vertical qui unit en lui le Ciel et la Terre.

Avec une certaine pratique, vous pourrez découvrir en vous deux courants d’énergie. Une énergie qu’on peut appeler, au sens hindou du terme, grossière, non raffinée, et pourtant bien précieuse. Cette énergie descend, ce qui produit un dégagement de la tête – et nous avons, comme on dit, la tête légère – ainsi qu’un dégagement du haut du corps – et nous avons le coeur léger."

"Grâce au hara, vous êtes devenu normal et vous pouvez progresser sur la voie qui conduit au supra-normal, un niveau d’être que le mental ne peut pas se représenter, qui n’a rien à voir avec l’expérience habituelle du bonheur, du malheur, des conditions heureuses, des conditions malheureuses : la réalisation du Soi suprême (atman) qui se découvre dans le coeur."



6. LITANIES POUR UN RETOUR À SOI-MÊME :
pages 171 à 215

[Difficile à résumer ce sixième chapitre, alors ci-dessous des extraits qui me semblent importants pour ma pratique de la méditation.]

6.1 : pages 171 à 179 : Posture de méditation : stable et agréable, que l'on puisse conserver au moins une demi-heure. Assis, mais comment ? : sur un siège, à genoux - avec ou sans tabouret, sur le sol - avec ou sans coussin. Importance "de sentir la solidité à la base et la flexibilité à partir du niveau de la ceinture." Privilégiez une bascule du bassin qui dégage l'anus, et qui permet en se redressant d'avoir le dos droit"
Salutation, prosternation puis consciemment atteindre la verticale du haut du corps. Une verticalité fondamentale.
Bien placer sa nuque, en rentrant un peu le menton. "Poussez le sol avec les genoux, poussez le ciel avec la tête. La position des mains. Autant que possible méditez les yeux légèrement entrouverts.
Une fois la posture trouvée on passe au relâchement, à la détente musculaire profonde.
Il ne s'agit pas non plus de se transformer en statue mais de rester vivant.
Prendre appui sur la respiration naturelle. Reflet dans la plus ou moisn grande imperfection de notre posture de notre attitude fondamentale dans l'existence.

6.2 : pages 179 à 184 : La méditation est plus qu'une technique de relaxation et de réunification. Commencez toujours une méditation "avec le sens très vif du sacré". "Point capital : plus de pensées : être seulement être et ressentir". "Retournez à l'extrême simplicité, redevenez pareil à un petit enfant". "Retrouvez la pureté et la simplicité de la respiration".
"Il n'y a pas de méditation juste sans ce renoncement à la mauvaise opinion que nous avons de nous-même". "Aucune vague en tant que vague ne peut devenir l'océan. Je peux seulement réaliser, découvrir cet océan, cet esprit immense, vaste, infini, en lequel j'ai l'être." "Lâchez-prise, laissez-vous tomber dans le vide en vous-même, et la vague ne peut tomber que dans l'océan."
"Si vous voulez que la vie infinie se révèle en vous, quittez vos limitations : seulement ressentir, sans impatience. L’espérance, la foi, la confiance ne sont pas l’impatience. Moins vous êtes tendu vers la réussite, plus la réalité se révèle. Je lâche, je me lâche, tout en demeurant vigilant. Et un jour, vous retrouverez en vous cette pureté, cette spontanéité du petit enfant, car elle est là, intacte, éternellement intacte, éternellement renouvelée à chaque respiration, et au-delà même de la respiration."

6.3 : pages 184 à 188 : "Cherchez une conscience totale de vous, de toute votre présence." Ressentir consciemment sans vous confondre avec ce que vous ressentez [Position de témoin]  Prendre conscience successivement de tous les niveaux de fonctionnement (koshas/couches) : physique, physiologique, psychologique, logique, et la plus subtile : la paix qui accompagne la vision neutre.
"Souvenez-vous toujours : ce qui est vu à tous ces niveaux est changeant, ce qui voit ne change pas. Ce qui est vu, ce sont toutes nos identifications possibles. Ce qui voit, c’est notre véritable identité, l’aube du Soi."
Prendre appui pour cette prise de conscience de l'être sur le corps physique : sensation du corps et enracinement dans le bassin, [être respiration]. "La méditation peut aussi bien être une recherche d’être – je suis – et une recherche de ne plus être, de s’effacer complètement."
Ressentir la respiration, se laisser porter par le flux et reflux en prenant conscience que c'est "la Vie universelle qui respire en vous". "
Que l’idée du témoin neutre ne vous fasse pas prendre de recul par rapport à la respiration. Vous êtes la respiration." "Mais si des idées viennent, ne soyez pas déçu, ne vous divisez pas, ne refusez pas. Revenez tranquillement à la conscience de cette respiration. Essayez de n’avoir plus d’autre référence que le va-et-vient de la respiration elle-même."

6.4 : pages 188 à 191 : "La posture n’est pas seulement physique. Toute attitude, toujours, est à la fois physique, émotionnelle, mentale." "Je suis stable, bien assis, j’ose être là, prendre ma place dans l’espace. J’ai le droit d’être ici et maintenant." "J’abandonne les pensées et je m’installe de plus en plus dans ce bassin et ce bas-ventre que nous connaissons sous le nom de « hara ». Je laisse le haut se vider, le bas se remplir. L’énergie lourde a tendance à revenir vers le haut, donc vous retournez dans la tête et les pensées." "Cet abaissement intérieur est votre première démarche, votre premier lâcher-prise, l’abandon des revendications, des tensions, des peurs. Descendez avec confiance dans vos propres entrailles et poussez un peu, durcissez un peu la paroi abdominale basse."
"Lorsque vous avez approfondi la conscience de votre enracinement, revenez à celle de votre verticalité.
"[Du sacrum et organes sexuels au sommet du crâne]." Vous ne pouvez pas vous couper en deux : un niveau intellectuel noble ou spirituel, et un niveau animal que vous mépriseriez. Dans cette pratique, toute l’habileté intérieure consiste à sans cesse laisser l’énergie lourde descendre, à s’installer toujours plus confortablement dans son bassin et son hara et à être en même temps conscient de cette énergie fine qui s’élève en nous jusqu’au sommet du crâne. C’est ce que les enseignements anciens appellent « unir en nous le Ciel et la Terre ». Et celui qui renie la Terre n’atteindra jamais le Ciel."
"Il nous est dit que, à l’inspiration, nous inspirons aussi une énergie, le prana, que les Japonais appellent le ki, dans laquelle nous baignons mais que nous ne savons pas recevoir consciemment." "Et nous inspirons une troisième nourriture, encore plus fine, dont les langages symboliques disent qu’elle vient directement du ciel, qui est une nourriture pour le « corps causal » (karana sharir ou anandamaya kosha), la part la plus spiritualisée de nous, celle qui n’est que Paix, Béatitude et Amour." "Alors vous sentez qu’il doit y avoir dans la vie un tout autre niveau de qualité. L’inspiration nourrit ces trois niveaux en nous, matériel avec l’oxygène, subtil avec une matérialité beaucoup plus fine, le prana, et un niveau encore plus subtil que nous décrivons comme satchidananda, Être, Conscience, Béatitude. Nous ne sommes parfaitement humains que si nous fonctionnons harmonieusement à tous ces niveaux.
Ceux-ci sont reliés et si vous êtes mal situé physiquement, vous êtes mal situé psychiquement et mal situé spirituellement.
"
La posture juste, stabilité, verticalité, détente, est celle qui vous permet de ressentir ces réalités plus fines, la libre circulation de l’énergie lourde et de l’énergie raffinée et le lien entre la force de vie, l’énergie sexuelle, l’ouverture du coeur et la limpidité de l’esprit.



6.5 : pages 191 à 194 :
"Le désengagement intérieur est bien moins impossible qu’on le croit. A l’intérieur de cette immensité, une pensée se présente et vous la reconnaissez comme une pensée qui passe, vous considérez une émotion en tant qu’émotion, une sensation en tant que sensation. Vous ne les refusez pas, vous ne vous y intéressez pas spécialement, vous laissez passer." "Toute l’existence paraît se dérouler par votre relation avec l’extérieur."
"Mais en vérité toute votre existence se déroule à l’intérieur de votre esprit, sous la forme de pensées, d’émotions, de sensations, de perceptions et d’idées. Par nature notre esprit n’a pas une forme plutôt qu’une autre. Par nature notre esprit prend toutes ces formes minute après minute, parce qu’il n’en a aucune." "Ce qui vous coupe de votre réalité profonde c’est, instant après instant, l’identification. Vous n’êtes plus que cette idée rose ou noire, que cette émotion heureuse ou triste, que cette sensation agréable ou désagréable, et vous oubliez cette nature vide et infinie de la conscience elle-même.
Débrayez du monde des formes. Si une forme se présente, vous la laissez passer sans perdre la conscience du substrat illimité de l’esprit, comme si vous pouviez voir un oiseau passer dans le ciel en étant très conscient du ciel lui-même, et non pas toute votre attention centrée sur cet oiseau avec une appréciation qualitative suivant que vous trouvez celui-ci affreux ou ravissant.
" "Essayez de vous situer en deça – pas au-delà – des paires d’opposés, ni pour ni contre, ni attraction ni répulsion. Juste : je suis vivant. Votre vraie nature n’est pas impliquée dans le jeu de l’attraction et de la répulsion.
Bien entendu cette démarche s’accompagne d’une totale détente.
"
"Et ne considérez pas que chercher cet esprit vaste, vide, et cette vie sans conflits, est un accomplissement yogique merveilleux mais totalement inaccessible pour vous.
Tentez-le et, à partir de cette tentative, vous comprendrez comment vous pouvez peu à peu diminuer la force d’identification à vos pensées, vos désirs, vos peurs, diminuer la force d’absorption qui vous happe, vous exile de cette vraie nature à l’intérieur de laquelle les formes de conscience se succèdent.
"

6.6 : pages 194 à 200 :
"Cette conscience de soi est l’inévitable chemin de la conscience du Soi." "Ne pensez pas « Je suis », ressentez-le. Chercher la conscience à sa source ne peut pas être une pensée, mais un vécu total."
"Et pour sentir notre propre force qui ne dépend plus de l’extérieur, le réel point d’appui, il est dans l’enracinement, la descente du centre de gravité de notre être dans le bassin et le bas-ventre. Sentez bien votre assise, vos fesses sur votre coussin, vos genoux sur le sol.
Sentez aussi votre verticalité depuis le sacrum jusqu’au sommet de la tête. Ne rentrez pas le ventre à l’expiration, contrairement à certains exercices de yoga. Installez-vous de plus en plus dans votre bassin à chaque expiration, avec la stabilité d’une pyramide.
"
"Mais vous n’êtes pas des blocs de pierre, vous êtes vivants." " Représentez-vous tout le haut de votre être comme flexible physiquement et psychologiquement, adaptable au courant de l’existence, à la variété des situations, un arbre qui a des racines et peut facilement fléchir dans le vent et, parce qu’il s’adapte au vent au lieu de résister, il ne rompt pas. "Comme un être enraciné mais vivant, donc souple, donc flexible, sans rigidité."
"Approfondissez la sensation du bassin et prenez bien conscience des trois centres d’énergie qui s’y trouvent associés [ : ] le sacrum [ , ] les organes génitaux [ , ] le hara."
"Surtout ne reniez pas cette force naturelle, et à partir de cette force animale dans le bassin, la vie dite spirituelle, les sentiments les plus divins peuvent se développer."
"Si vous ne perdez pas contact avec l’enracinement à la base, la peur, donc la nécessité de protection au niveau du coeur se dissipe et vous pouvez vous ouvrir sans résister."
"Une énergie beaucoup plus fine peut nourrir votre tête. "
"Si vous pouvez retrouver avec confiance vos propres entrailles, vous retrouvez la vie en vous, indépendante de ce surmoi rigide qui vous étouffe et vous tyrannise.
"
"Quand vous êtes perturbé, vous pouvez être très aidé, pour revenir à la paix en vous-même, en disant oui de tout votre être à votre propre respiration. Oui à l’expiration, oui à l’inspiration et, par là même, vous êtes immédiatement aidé à dépasser le monde de l’attraction et de la répulsion."
"Par la respiration consciente, vous pouvez imprégner de ce oui, du AUM sanscrit, toutes les parts de votre être et toutes vos fonctions et, par là même, réconcilier la tête, le coeur, le corps, le sexe."



6.7 : pages 200 à 209 :

6.8 : pages 209 à 215 :



Vocabulaire d' "Approches de la méditation"


Résumé et extraits d'Approches de la méditation d' Arnaud Desjardins .- Editions de La Table Ronde, Paris, 1989.



Partager cet article

Repost 0
Publié par Emmanuel de Lussac - dans Arnaud Desjardins
commenter cet article

commentaires

triangle.gif

  sticker-oiseau-silhouette-2

 

La Maison d'Emmanuel

     "Tu es Cela - Plus proche que proche - Déjà là" 

___

 

Recherche

11497 10151563388252722 1707565980 a

 

Tout comme l'aigle s'en revient à son nid,

à tire-d'aile, lassé de son long voyage.

Ainsi l'âme qui dans le monde relatif et mortel des phénomènes a vécu,

s'en reviendra en elle-même,

Où elle s'endormira, libre de tout désir et de tout rêve

 

 

zafu

 

 

murugan.jpg