Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 07:41


21/04/2010


Première vidéo : "Forget about Enlightenment" Satsang with Mooji


(Pensez à activer les sous-titres en français s'ils n'apparaissent pas)



Retranscription :

"Oubliez l'illumination"
Je vous mets au défi. Comment ce serait si vous n'aviez rien à faire.

Rien, rien du tout !

D'accord vous pouvez vous faire du thé,  ça ne pose pas de problèmes.

Tout ce que vous devez faire, quoi que ce soit.

Répondre au téléphone, prendre un rendez-vous, etc.

Mais ça n'a pas à être accompagné par l'idée que je dois faire quelque chose pour me stabiliser dans la Conscience.
Parce que je vous le dis cette idée c'est un piège ! Oubliez ça!
Si vous touchez à cette idée, vous la ferez immédiatement exister par le pouvoir de votre croyance ! Et ensuite il vous faudra croire à une autre idée pour ôter la première.

Alors pourquoi ne pas les laisser tomber toutes les deux dès le départ, et rester comme vous êtes ?
Vous êtes simplement ICI, et tout apparait en Vous.
Y compris cette idée de "spiritualité". Oubliez-la !
Oubliez "l'illumination", oubliez-tout...oubliez-vous surtout !
Et que reste-t-il ?
Ce dont on ne peut pas se débarasser.
C'est tout. Plus simple que simple.
Parfois on abuse de nos facultés intellectuelles qui sont censées nous mener jusqu'à cette vision et à ce point elles ont rempli leur rôle, elles s'en iront.
Vous êtes tout simplement ici.
Toute cette connaissance acquise, dite "spirituelle" n'est qu'un miroir où l'intemporel peut se voir lui-même.
Et pour quelle raison ?
Pour nulle autre raison qu'une fascination avec la reconnaissance de soi, rien d'autre.
Je ne vois pas en quoi l'idée que quelque chose est difficile (qui est une notion enracinée dans la psyché, l'expression humaine de la conscience)... que nous devons faire quelque chose dans le but de...
Parfois on parle comme si on devait comprendre ces choses avec exactitude
Mais je dis non Le Soi n'est pas une question d'exactitude ou encore "Tout est le Soi !"
Si vous abandonnez toutes vos notions, tous vos efforts pour essayer d'arriver quelque part.
Laissez-les tomber maintenant parce que vous avez le pouvoir de le faire.
Laissez-les juste tomber.
Comme quand vous êtes assis dans un restaurant où les gens trinquent, font du bruit avec leur couverts, bavardent, il y a de la musique et pourtant vous pouvez tenir une douce conversation
avec vos amis autour de la table, parce que vous ne laissez pas le bruit entrer.
De même ne laissez pas entrer ces pensées : "je dois faire quelque chose pour être plus présent".
Dès que cette idée est abandonnée, on ressent une libération, comme un rire en soi.
Ca semble trop simple pour être vrai.
Parce qu'il y a tellement de livres, de bibliothèques, de cd, de maîtres, d'histoires. Tout ça pour cette simplicité ! Mon Dieu !
Quelle blague ! Quelle chose étrange !
Je suis, tout simplement
Une totale acceptation de cette vérité présente à jamais a lieu en quelque sorte.
On peut l'appeler Grâce, bénédiction ou quoi que ce soit mais ça a lieu tout simplement.
Et ce mouvement cesse, qu'il y a quelque chose à corriger.
Si parfois je peux dire cela, à un autre moment je vais dire "tu devrais arrêter de faire cela".
Il doit y avoir cette souplesse, cette ouverture qui est présente dans l'êtreté de vraiment entendre ça et en saisir le sens sur le moment : bien qu'il faille faire quelque chose pour voir ça, il n'y a rien à faire pour être ça.
Voici le genre de paradoxe qu'on semble rencontrer
On est surtout tourmenté par cette idée d'obstacles sur la voie.
Donc, il y a des moment où je dirai : oui ça apparemment c'est un obstacle sur la voie.
Mais je vous demanderai aussi : ça bloque l'accès de quoi ?
Et qu'est-ce qui perçoit se sentiment d'obstruction ?
On a dit que La Conscience ne peut pas être située au terme d'un processus, ou d'une pratique. Elle doit être ce en quoi l'idée même a lieu, la première pensée est déjà là dans la Conscience.

Donc tout mouvement à partir de cette pensée ne peut qu'avoir lieu dans la Conscience mais ne peut vous amener jusqu'à elle comme à un but objectif.

C'est la découverte du Sujet par soi-même.

Et parfois, bien sûr, quand on essaie de le mettre en mots, ce qui ne peut pas être réellement verbalisé...

Ca ne peut pas être touché ou porté par les mots, tout au mieux, à partir de l'autorité indiscutable de la vision ces paroles sont infusées d'une certaine présence, elles ont une puissance en elles, plus de lumière, quand elles viennent de cette intuition.

Lorsque vous êtes vous-même cette vision, cette expérience, et cependant au-delà tout à la fois, vous ne pouvez pas l'expliquer comme je l'ai dit déjà.

Heureusement qu'on ne doit pas écrire une thèse là-dessus !

C'est seulement votre propre vue intérieure, très intime, disons comme ça pour l'instant, mais ça dégage de toutes ces strates de "il faudrait" et "il ne faudrait pas" et laisse la vérité telle qu'elle est, présente.

Qu'est-ce qui peut-être plus simple ? Antérieur à la simplicité même. C'est ce que vous êtes.

Notre esprit ne jouit que rarement de ce repos complet. quand le mental est au repos complet, c'est-à-dire qu'il est libre de toute intention, de toute notion qu'il y a quelque chose à atteindre, afin d'être "quelque chose".

C'est spontanément Un, c'est le Soi lui-même. Abandonez l'idée que quoi que ce soit vous empêche d'être cela. C'est seulement une idée qui apparait en cela. Qu'est-ce que "cela" ?

Qui est là, extérieur, pour le connaître ?

Dans ce que nous sommes, cela ne dit pas même : "Je suis Cela".

C'est pour ça que je dis : on rate l'évidence. Parce qu'on se perd dans des élucubrations sur ce que Cela devrait être. Et donc en se basant sur le mental et l'éducation, on ne se sent pas digne. On s'identifie à ce qui nous donne l'impression d'être inférieur à ça...

Car tant qu'il y a une quête, il y a un sentiment de manque.

Et c'est pour cette raison que cette recherche existe.








Partager cet article

Repost 0
Publié par Emmanuel de Lussac - dans Mooji
commenter cet article

commentaires

sonam 21/04/2010 11:52



Merci!



Emmanuel de Lussac 21/04/2010 20:30



Yes ! Merci à toi Sonam !


 



Yog 21/04/2010 10:50



Oh il en manque un bout!


 


On peut travailler cet enchainement de plusieurs manières.


 


Une forme courte consiste à travailler un côté puis l'autre du corps sans rotation.


 


Une forme plus longue consiste a faire un tour complet des quatre directions en travaillant quatre fois de
suite avec le même bras en tournant sur 7 et 8, puis quatre fois avec l'autre bras pour tourner dans l'autre sens.


 


Enfin, la forme longue est celle présentée ci-dessus. La rotation va se faire quatre fois de suite dans le même
sens mais en faisant travailler les deux bras.


 


Exemple : vous tournez vers la gauche et opérez la rotation en 7 et 8.


 


A la fin de la série, revenu au point de départ, vous reprenez l'exercice en commençant par le bras gauche pour
tourner vers la droite, etc.





Le mouvement répété longtemps invite le corps à une grande ouverture en même temps qu'à un profond centrage, un
enracinement qui procure une grande sensation de liberté.



Emmanuel de Lussac 21/04/2010 20:41



Ah ? Parce que c'est pas fini ? (Rires)


Allez parce que c'est toi, j'essayerai ce que tu nous proposes dès que j'ai un moment.


Big bisous



sonam 21/04/2010 10:40



Ouf je viens un peu respirer avec les postures d'aujourd'hui mais aussi avec le lâcher tel qu'il est décrit!


Bises à toi


Sonam



Emmanuel de Lussac 21/04/2010 20:34



Ouf ! Oui Ouf ! Et cela se poursuit.


 


Grosses bises



Yog 21/04/2010 10:07



Bonjour Emmanuel,


Amusant de se relire. Oui le bond est une illusion, il devait couver par petites touches ce bon.


 


 


Enchaînement dans la lignée Dürckheim que j'aime beaucoup même si au départ, il faut être très concentré pour penser en même temps au mouvement des bras, des
genoux, de la respiration. Vous pouvez commencer en ne faisant que les deux premiers mouvements et lorsque ceux-ci sont acquis, rajouter les autres peu à peu.





Au départ et comme une condition préalable à l'exercice, il y a l'enracinement, le rattachement à la terre. La
plus belle des postures pour l'humain : la posture de l'homme debout, tel un trait d’union entre la terre et le ciel.





Sentir le corps que l'on est.





Prise de conscience, écoute de la respiration, et tranquillement entrer dans le rythme du souffle naturel. A
chaque expiration, laisser les genoux se plier très légèrement. A l'inspiration, ils se retendent un peu. Ne pas aller jusqu'à une sensation de crispation dans les cuisses, mais juste sentir que
ce mouvement de  « lâcher » les genoux, libérer le bassin. A chaque expiration, on s'assoit dans son bassin on se pose en soi-même. Ce léger mouvement des genoux va se poursuivre
pendant tout l'exercice.


 


A partir de notre Centre, salut aux 6 directions de l'espace : Zénith, nadir, et les quatre points
cardinaux


1.      Expir : habiter son centre en lâchant les genoux.


 


2.      Inspir : tout en laissant les genoux se reprendre, élever le bras droit
à  l'orizontale sur le côté ; fin d'inspir, la paume de la main se tourne vers le ciel.


 3.    Expir : tout en lâchant les genoux, laisser le bras droit monter vers le ciel ; fin
d'expir, flexion du poignet droit, la paume de main se tourne vers le crâne, la main gauche vient se placer devant le bassin, paume vers le ciel.








4.    Inspir : les genoux se reprennent ; rotation des poignets : la main droite regarde le
ciel, la gauche regarde le sol. Tout le corps s'étire entre zénith et nadir.





5.      Expir : Légère flexion des genoux, le tronc bascule au-dessus des hanches vers l'avant à l'horizontale. La main gauche est passée derrière le
bassin et regarde vers l'arrière, le bras droit est tendu dans le prolongement du corps, la paume de la main droite est tournée vers l'avant. C'est le temps du salut.





6.      Inspir : le corps revient a la position précédente : Pour initier la
remontée du tronc, il peut être judicieux de fléchir davantage les genoux pour replacer le bassin et redresser le tronc sans dommage pour le dos, puis de tendre les genoux une fois arrivé à la
verticale ; la main gauche revient devant le bassin paume toujours tournée vers le sol.


 


7.      Expir : léger lâché de genoux, rotation des mains, les paumes des mains se
font face.


 8.      Inspir : les genoux se reprennent, le bras droit redescend a
l'horizontale sur le côté, la main gauche revient le long du corps.


 





 9. Expir : la main droite se tourne vers le sol et le bras redescend le long du corps alors que les
genoux se lâchent un peu vers l' avant.


 





 


Enchaîner le mouvement avec l'autre bras.


 


Pour tourner aux quatre points cardinaux :


 


En 8,  pendant que le bras descend sur le côté, le pied du même côté fait un quart de tour vers
l'extérieur ;


 


En 9,    pendant que le bras redescend le long du corps, le deuxième pied se place à côté du
premier (attention à respecter un écart de confort entre les deux pieds) et l'exercice reprend en entier dans cette nouvelle direction.




Emmanuel de Lussac 21/04/2010 20:17



Ben alors Madame Yog on vient faire sa gymnastique au milieu de mon salon ? (RIRES !)


Madame Yog, j'avais envie de te taquiner avant de te dire merci. Merci pour ta présence ici. merci à vous tous pour votre présence ici. Je vous aime tous et toutes.


Ben ce soir c'est la fête, sans tambour ni trompette, sans cotillon, même si j'en ai pourtant plein la tête et le coeur, le corps ne suit pas, et le grand manitou reste calme.


Il regarde tendrement celui qui annonce la naissance de lui-même.


Faites de la place les bouddhas j'arrive !


Bon je lui dis pas tout de suite qu'il a pas fini d'en baver, ça lui gacherait sa fête.


Trêve de plaisanterie.


Je te promets pas Madame Yog de m'essayer à tous les mouvements que tu as la gentillesse de nous partager, mais je suis sûr que parmi les nombreux lecteurs et amis de la maison d'Emmanuel, il en
est qui seront ravis de s'y essayer.


Je t'embrasse très fort


p.s : oui c'est amusant de se relire, la plupart du temps s'il n'y avait mon nom, je ne saurai dire que c'est moi qui ai écrit.


Houba ! Houba! ce soir j'ai mis le costume de Marsupilami ! Ah ! Oui ! j'ai oublié de dire que la soirée est déguisée. Clown sort du corps d'Emmanuel, je te l'ordonne !


 


 


 


 



Yog 06/01/2010 10:05


Hello Emmanuel!
Amusant que ce Mr Mooji soit sur ton blog car il y a peu de temps on m'en a aussi envoyé par mail. Je n'ai pas encore écouté cette vidéo mais lu tes réponses. Je pense que tout ce que tu as lu t'a
servi et nourri pour être ce que tu es aujourd'hui et que maintenant tu n'épprouves plus le besoin d'en rajouter ....jusqu'au jour où...
Pour moi, je passe aussi d'états différents, que ce soit sur une période longue ou sur une journée et de me dire que c'est comme ça, sans chercher à le changer. Les périodes "prise de tête" sont
peut-être nécessaires pour mieux "rebondir" sur le rien.
Rien à changer sur ce qui est puisque c'est déjà passé mais possibilité de s'en servir sans en attendre de résultat même si ce résultat fait partie du parcours. De temps en temps on fait un grand
bon, et d'autres l'impression de stagner, voire d'être découragé. N'importe quelle voyage demande de s'adapter aux circonstances.

Je te souhaite une très belle année. Tu fais partie de ceux qui me font avancer, c'est pas beau ça?


Emmanuel de Lussac 08/01/2010 06:52


Coucou Madame Yog !

Je te souhaite également une bonne année 2010, joie et sérénité profondes ! Toi aussi tu me fais avancer ! (tu m'as
fait rougir !)
Ce qui suit n'enlève rien à ce que je te dis (et n'est en rien démagogique) : mais tous ceux que je croise ici ou là me font avancer pour peu que j'y prête attention !

 Et oui "jusqu'au jour où"
Je m'intéresse actuellement à un exercice proposé par Durckheim, lu également dans Approches de la méditation...je finirai sans dout par le mettre sur mon blog...pour l'instant je tente de le
comprendre et de le mettre en pratique "centrage sur le hara"
le lien vers le forum spiritpartage si cela t'intéresse :

http://spiritpartage.forumactif.com/meditation-relaxation-massage-affirmation-positive-visualisation-sophrologie-f1/hara-t2283.htm

Je pense que le bond est une illusion : ce ne sont que des pas que nous faisons, l'impression de bond est ce pas supplémentaire et nécessaire qui nous fait prendre conscience d'une transformation.
Non ? Enfin quelque chose comme ça...

Je te fais de gros bisous,
Amicalement,

Emmanuel


triangle.gif

  sticker-oiseau-silhouette-2

 

La Maison d'Emmanuel

     "Tu es Cela - Plus proche que proche - Déjà là" 

___

 

Recherche

11497 10151563388252722 1707565980 a

 

Tout comme l'aigle s'en revient à son nid,

à tire-d'aile, lassé de son long voyage.

Ainsi l'âme qui dans le monde relatif et mortel des phénomènes a vécu,

s'en reviendra en elle-même,

Où elle s'endormira, libre de tout désir et de tout rêve

 

 

zafu

 

 

murugan.jpg