Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 07:40

nés pour être libre

 

 

 

Chapitre 3 : Observer

(pages 41 à 55)

 

 


Chers lectrices, lecteurs de ce blog, ici, comme dans les articles suivants ce que je retiens de ce livre, ce qui aujourd'hui me parle : confirmation ou questionnement, intuition de, orientation vers.

Vous ne trouverez pas ici le livre en son intégralité, par respect pour l'auteur, je tends vers la plus courte citation. Sa lecture complète offre assurément une meilleure compréhension de ce qu'elle souhaite nous partager. 

 


 

(Pages 41, 42, 43, 44, 45, 46)

[...]

"A tout moment si vous ne vous sentez pas clairement satisfait ou en paix, vous pouvez en déduire que votre mental a créé cette situation. Rien à l'extérieur de vous n'a le réel pouvoir de vous atteindre. Ce sont vos pensées et vos réactions face à un événement extérieur qui créent l'effet indésirable."

[...]

"Tout mental humain d'adulte a un complexe de supériorité, qui exigera toute votre attention pour le faire disparaître. Cette construction comme d'autres créations de votre pensée que vous avez pu observer n'est qu'une vaine tentative pour que vous vous sentiez complet. Le mental n'a jamais été conçu pour atteindre cet objectif, car cette aspiration à la complétude est l'appel de votre moi profond à regarder en vous."

[...]

 

[Nécessité de l'observation du mental pour la connaissance de soi, pour être libéré du mental]


"A tout moment vous avez le choix de vous relier à vos croyances subjectives et pensées personnelles, avec le monde et tous ses événements, ou de simplement vous ouvrir à ce qui se présente. Il n'y a pas de demi-mesure, pas de point de vue intermédiaire : chaque moment apporte une nouvelle chance."

[...]

[Observer son mental permet de se laisser traverser par les pensées, de ne plus s'identifier à elles, de ne plus ] adhérer aux histoires qu'elles présentent comme si [elles ] étaient la pure vérité"

[...]

[Mais] "qui est [...] l'observateur ?" "Qui observe votre mental ?"
[...]

[Ce qui découle de cette observation :] "Du personnel vers l'impersonnel " [...] "Tout se passe autour de vous, votre rapport avec les événements peut-être impersonnel et rien ne vous arrive. Vous remarquerez très vite un ordre simple et naturel pour chaque chose, et cela même lors de situation stressantes."
[...]

"Voir le monde à travers les yeux de l'observateur objetctif est une pratique nécessaire, qui réclame au début une grande application."
[...]

[Qui est l'observateur ?]


"L'observateur ne pense pas, il n'en a pas besoin. L'observateur sait sans savoir qu'il sait. Il sait comment gérer une crise, il sait et voit ce qui est le mieux, d'une façon tout-à-fait impartiale, il a la sagesse bien au-delà des élucubrations d'un mental perclus de doutes."

[...]

"L'observateur est un point d'ouverture vers une partie de vous beaucoup plus profonde. C'est le point d'accès en vous vers l'infini et même au-delà du vous infini."

 

(page 47)

[Ce qui suit est un passage important pour moi aujourd'hui pour le moins en terme de compréhension de certaines expressions, laisser venir le reste, merci Jac O'Keeffe ! ]

 

 

Bien sûr l'observateur est le mental aussi, mais il ne s'identifie pas aux choses, aux personnes, aux événements ou aux histoires.[...] "L"observateur" [=] "Je suis" [ce qui signifie] qu'il ne s'identifie pas avec une forme ou un état. L'observateur, le JE SUIS est sans forme. Il est infini [...]. Il présente un équilibre, de manière à ce que nous puissions voir l'un et l'autre état, et apprécier les deux lorsqu'ils facilitent l'expérience par contraste. Le JE SUIS est le vide, l'espace, et de l'espace naît la forme et les objets.

 

En d'autres termes, l'observateur, le JE SUIS, est le créateur de tout ce qui peut-être créé. Toutefois le JE SUIS n'est pas l'état ultime, mais un lieu de repos, d'être, d'absence de mental et de temps. La nature de JE SUIS est sacrée, ne contient rien et ne peut-être pervertie. JE SUIS n'a aucun sens de la séparation. Unité sacrée avant tout ; le sens de l'Un peut-être expérimenté à ce niveau de conscience.

 

A suivre...en cours de saisie


Sommaire et liens vers les différents chapitres, articles associés.

 



Nés pour être libres de Jac O'Keeffe - Editions Charles Antoni/ L'Originel, Paris, 2010 - Citations et résumés

Partager cet article

Repost 0
Publié par Emmanuel - dans Jac O'Keeffe
commenter cet article

commentaires

frédéric 14/05/2010 02:59



lire aussi ici


chaleureusement


frédéric



Emmanuel 14/05/2010 06:12



Bonjour Frédéric. Merci d'être là. Je vais lire ton lien et je reviens.



graux danielle 13/05/2010 14:27



bonjour  emmanuel,


comme  promis, j ai  terminé  le  livre  de  jac , c  est  très  bien  expliqué, ce que  j en  retient particulierement  , c
est  son  insistance  a  ne  pas  s identifier  ni  aux  pensées , ni  aux  émotions ,  et  ensuite  au  corps
!!!  ce  qui  reste  le  plus  difficile, il  nous  colle  vraiment  a  la  peau, c est  le  cas  de  le 
dire...ensuite  le  chemin  c est  24h  sur 24,et  7 jours  sur 7. cela  ressemble  pas  mal  a  l enseignement  d arnaud.
comme  elle  dit,la  grace ne  se manifeste  pas  lorsque  l identification  aux  pensées  est  présente,alors  emmanuel  il 
n y  a  plus   qu'a....beaucoup  de  courage,et  a  bientot.



Emmanuel 14/05/2010 06:12



Bonjours Danielle. Heureux de vous retrouver.


Pour ma part je suis loin d'en avoir terminé la lecture. Je lis et je relis. Les petits résumés, citations que je fais ici me permettent de dégager ce qui retient mon attention.


Oui Danielle cette désidentification aux pensées, aux émotions, au corps n'est pas chose aisée. C'est le yoyo en moi ces denières semaines, quelques tempêtes, mais nous savons qu'elles se
traversent, et là je ne parle pas encore du corps, mais des pensées et émotions. Mais bon laissons hier. Comme elle le dit "chaque moment apporte une nouvelle chance". Neuf, présent, accueillons
ce qui vient


Oui ce 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 m'a marqué aussi. Comme la phrase que vous citez au sujet de la manifestation de la grâce. Comme vous j'y vois de nombreux éclaircissements et je dirai des
orientations utiles.


Je vous souhaite également le courage nécessaire à la poursuite de votre chemin. Une persévérance bienveillante.


A bientôt Danielle, au plaisir de vous lire et vous entendre.



gazou 13/05/2010 11:20



J'ai vraiment beaucoup de peine à entrer dans les écrits de O'Keeffe..Je retiens seulement qu'il faut se liberer du mental et que le peintre Bram Van Velde dont j'ai vu l'exposition  à Lyon
disait exactement la même chose??Je pense  que , par des voies différentes, c'est la même chose qui est cherchée....bonne journée Emmanuel!



Emmanuel 14/05/2010 05:57



Bonjour Gazou.


Oui. Se libérer de l'identification au mental voila ce dont il s'agit. C'est-à-dire cesser d'être le sujet de nos pensées et des émotions liées, non pas cesser de penser et de ressentir les
émotions, mais les accueilir et les laisser nous traverser. Pour cela dégager, ressentir en soi un regard neutre sur ces pensées et émotions qui nous traversent. Ce qu'elle appelle
"l'Observateur" ou "Je suis".


Elle n'est sûrement pas la seule en effet à dire cela. Plus que les mots comprendre pour celui qui le souhaite cela en soi de manière pratique et mesurée. Avec application comme elle le souligne
mais sans avidité comme me le soulignait il y a peu Frédéric au sujet du bonheur, ce qui ici est la même chose visée. Notre identité première étant source de ce Bonheur.(Au-delà de ce que nous
indiquent nos pensées "je suis ceci", "cela" ou "en deça" comme le souligne Desjardins dans Approches de la méditation. Indications éphémères et souvent contradictoires de ces pensées)


Voilà ce que je crois avoir compris jusque là.


Les voies, les pas qui mènent à la libération de la souffrance sont effectivement nombreuses, nombreux et il y a peut-être autant de voies que d'individus si l'on distingue tous ces pas qui
ménent vers. Question : est-il une seule réalité "au bout de ce chemin", lorsque nous ne sommes plus que ce chemin, lorsque même les empreintes de ces pas qui mènent vers s'absentent ? Je le
crois.


Parmi les voies dessinées par les Hommes,  j'essaye de comprendre, ressentir, mettre en pratique, celle qui me correspond.


Il semblerait, je dis ça après des années de tâtonnements plus ou moins réguliers, que je sois touché par ce que l'on appelle "la non dualité", je mets depuis peu des mots dessus. Voici, si cela
t'intéresse, un lien vers un article de Wikipédia, j'y reviendrai sûrement dans un article annexe : http://fr.wikipedia.org/wiki/Non-dualit%C3%A9. C'est une grande famille de courant spirtuels qui est ici regroupée sous ce nom
et qui va de l'Hindouisme (Advaita Vedanta) au Soufisme en passant par le bouddhisme (dont le zen) et le taoîsme.


Mais qui peut regrouper aussi, pour reprendre l'expression d'un blog que je lisais il y a peu sur la "non dualité", des "francs tireurs". J'ai oublié le contenu précis de l'article mais j'y
mettrai pour ceux que j'ai approché Krishnamurti et je crois aussi que l'auteur de cet article y inscrivait également "Jac O'Keeffe".


Je ne fais qu'à peine découvrir cela.


J'ai lu ton article sur Bram Van velde hier. Ce qui me fait penser que la peinture, la pratique d'un sport, ..., en fait tout ce qui contribue à l'abandon de soi, pour peu que l'on s'abandonne,
peut conduire à Cela, à cet Ailleurs que tu percevais dans les yeux de ce peintre. présent et pourtant ailleurs.


Bonne journée Gazou !


 


 


 


 



triangle.gif

  sticker-oiseau-silhouette-2

 

La Maison d'Emmanuel

     "Tu es Cela - Plus proche que proche - Déjà là" 

___

 

Recherche

11497 10151563388252722 1707565980 a

 

Tout comme l'aigle s'en revient à son nid,

à tire-d'aile, lassé de son long voyage.

Ainsi l'âme qui dans le monde relatif et mortel des phénomènes a vécu,

s'en reviendra en elle-même,

Où elle s'endormira, libre de tout désir et de tout rêve

 

 

zafu

 

 

murugan.jpg