Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 août 2016 3 24 /08 /août /2016 05:04
Advaita Vedanta - Nous ne sommes pas l'esprit

Advaita Vedanta : théorie et pratique - Dennis Waite - Editions Almora, Paris, 2011.

Chapitre 1 : Découvrir qui nous ne sommes pas (Suite)

(Notes 2016)

 

p28-29

Nous ne sommes pas l'Esprit

"Nous pouvons considérer le corps de la même façon que les objets extérieurs, même si le corps semble d'une certaine façon plus intime. Dans le cas de l'esprit, la situation est bien moins claire. Alors que je peux déclarer : "j'ai une douleur dans la jambe" ce qui dans une certaine limite me dissocie du corps, il y a peu de chances que je déclare "il y a une idée dans mon esprit".

Nous disons toujours "j'ai une idée" alors que si l'on nous presse d'expliquer exactement ce que nous avons fait pour l'avoir, cela va nous poser problème. Et, bien évidemment, nous sommes tout à fait incapables de montrer du doigt cette "idée" !

 

"Le "Je" de "je pense" et de "je fais" est aussi réel

que le "il" de "il pleut" et de "il fait froid".

Leo Hartong

 

Le fait est que nous ne pensons pas les pensées. Elles arrivent et nous en sommes les témoins. Plus tard si le souvenir d'une pensée ancienne nous arrive (sous la forme d'une pensée nouvelle) nous déclarons en être à l'origine et disons "J'ai pensé que" mais c'est tout simplement faux. L'esprit est toujours passif dans ce domaine ; il ne devient actif que lorsqu'il va par la suite traiter cette pensée.

p29

 

"[...] Nous voyons [...] les pensées qui se produisent. Cependant, supposer qu'elles naissent dans nos têtes à l'intérieur de quelque chose nommé l'esprit est un raccourci dangereux. C'est de cette fondamentale erreur de perception que découle tout le reste, le dualisme, l'illusion de la séparation, le samsara [cycle de la vie et de la mort]

David Carse

p29

Concernant les pensées, l'esprit agit comme un processeur de données. Les sens transmettent les informations. Elles sont comparées avec les données déjà en mémoire, les décisions sont prises en conséquence et les instructions appropriées transmises au corps. Tout se passe automatiquement, gouverné par la conscience mais il n'y a pas de "je" sous forme d'esprit qui "fasse" quoi que ce soit.

 

|...]

p30

L'Advaita traditionnel n'établit pas vraiment de différence entre les émotions, les pensées/perceptions et les volontés. Toutes prennent naissance dans l'esprit [...] puis le phénomène d'identification a lieu causant tous les problèmes avec lesquels nous sommes familiers. La cognition est le mode de fonctionnement de base de l'esprit et elle peut fonctionner sans les deux autres mais émotions et volontés ne peuvent fonctionner que si la pensée/perception est aussi présente.

Toutes les différentes fonctions de l'esprit (ressentir, vouloir, penser, imaginer, se souvenir, et l'ego)-sont illuminées par la lumière de la Conscience, qui est l'essence du Soi et la seule réalité. Par conséquent tous ces états ne sont effectivement que des objets (apparents) de la Conscience. [...]

 

p31-32

Puisque c'est l'esprit qui nous empêche de réaliser ce qu'est notre nature profonde, nous détacher de nos émotions fait partie de la préparation à la recherche spirituelle. Il s'agit de devenir "dépassionné"

[...]

"Ce processus par lequel nous bous identifions avec les activités de la pensée ne sert plus la vie humaine mais est devenu la vie humaine. S'identifier au mental signifie qu'aucune séparation n'existe entre l'esprit humain (en tant que pensée) et la vie humaine. Nous sommes ce que nous connaissons. Il en découle que je suis ma religion, je suis ma nationalité, je suis ma guerre. Je suis l'image que je me suis fait de moi-même et des autres, je suis mon parti politique, je suis la façon dont j'interprète mon champs d'expérience, je suis ma morale, mon ordre social et mon conditionnement social. je suis à la fois ce que mes pensées croient être et n'être pas moi. Je suis finalement constitué de la totalité des projections de mon propre esprit, fragmentaires, créatrices de destinée et non contrôlées. ce sont toutes des créations de la pensée et tant que je m'identifie avec la pensée, ce monde de pensée est moi. Là-dedans, il n'y a pas d'autre. Tant que nous nous identifions à cette réalité projetée, nous en tirons douleur et jouissance"

Möller de la Rouvrière

 

 

 

Repost 0
Publié par Emmanuel - dans Advaita Vedanta
commenter cet article
24 août 2016 3 24 /08 /août /2016 03:57
Francis Lucille

Francis Lucille

Advaita Vedanta : théorie et pratique - Dennis Waite - Editions Almora, Paris, 2011.

Chapitre 1 : Découvrir qui nous ne sommes pas (Suite)

(Notes 2016)

 

p28

[....] "Selon l'Advaita, toute chose, y compris le corps et l'esprit est une apparence qui nait à l'intérieur de la Conscience (acec un C majuscule puisque ne se référant pas à la conscience d'un seul individu). [Voici ce qu'en dit ] Francis Lucille [...] :

 

Vous n'avez jamais été dans votre corps, donc la question d'y revenir ne se pose pas. Votre corps est en vous. Vous n'êtes pas en lui. Le corps vous apparaît comme une suite de concepts et de perceptions sensorielles. C'est ainsi que vous savez que vous avez un corps, lorsque vous le sentez ou que vous y pensez.

Ces perceptions et ces pensées apparaissent en vous pure attention consciente. Vous n'apparaissez pas en elles,  contrairement à ce que vos parents, professeurs et la quasi-totalité de la société dans laquelle vous vivez vous ont appris. En contradiction flagrante avec votre expérience réelle, on vous a enseigné que vous êtes dans votre corps en tant que conscience, que cette conscience est une fonction émergeant du cerveau, un organe de votre corps.

Je vous suggère de ne pas accorder une confiance démesurée à ce savoir de seconde main et de questionner les données brutes tirées de votre propre expérience.

Vous vous rappelez les recettes de bonheur données par ces mêmes personnes quand vous étiez enfant -faire de bonnes études, avoir un bon métier, épouser la bonne personne, etc. ? Ces recettes ne marchent pas sinon vous ne seriez pas ici à poser ces questions. Elles ne marchent pas parce qu'elles sont basées sur une approche erronée de la réalité, un point de vue que je vous suggère de remettre en question."

Repost 0
Publié par Emmanuel - dans Advaita Vedanta
commenter cet article
22 août 2016 1 22 /08 /août /2016 04:45
Advaita Vedanta : théorie et pratique - Dennis Waite - Editions Almora, Paris, 2011.

Advaita Vedanta : théorie et pratique - Dennis Waite - Editions Almora, Paris, 2011.

Advaita Vedanta : théorie et pratique - Dennis Waite - Editions Almora, Paris, 2011.

Chapitre 1 : Découvrir qui nous ne sommes pas

 

P23

"Nous n'avons aucune conscience de notre nature véritable car nous nous identifions à notre corps, à nos émotions et à nos pensées, ce qui nous fait perdre de vue notre centre immuable, qui est pure conscience. Lorsque nous rejoignons notre vraie nature, nos pensées et nos perceptions ne nous apparaissent plus comme les diverses formes que prendraient une substance unique, nous les voyons naître puis disparaître comme les vagues de l'océan."

Jean Klein

p23 et 24

"Il semble que je sois ici alors que vous et la table vous trouvez là-bas -clairement distincts en apparence.

Nous nous rendons bien compte que nous ne sommes pas les objets que nous voyons : quand nous quittons la pièce nous les perdons de vue alors même que nous continuons à exister.

De même, nous ne sommes pas non plus les personnes que nous voyons.

Mais il faut appliquer le même raisonnement à nos corps et à nos sens. Nous pouvons tous perdre des parties de notre corps même devenir sourd ou aveugle et cependant "nous demeurons"

De la même manière, nous ne sommes pas non plus nos pensées ou nos émotions, qui vont et viennent.

Nous ne sommes pas l'esprit, nous continuons à exister quand il s'arrête de fonctionner dans le sommeil profond ou sous anesthésie.

Il en va de même de la pensée du "je", qui elle aussi n'est rien d 'autre qu'une simple idée.

Dans tout ceci, la conscience est le seul élément qui reste constant, et par conséquent c'est donc bien cela que je dois être - non pas un objet mais le sujet ultime.

Néanmoins je ne peux jamais la décrire car tout ce que je pourrai utiliser pour cette description est en lui-même un objet de la conscience et de ce fait a déjà été réfuté.

Nous disposons d'une méthode consistant à réfuter toutes les apparences que nous pensons être pour finalement aboutir à ce qui ne peut être réfuté et qui est le vrai Soi.

Cette procédure spécifique a pour nom "la discrimination entre l'observateur et l'observé"

p25, 26, et 27

"Nous ne sommes pas notre corps

[C'est] l'identification la plus fondamentale.

Le corps et les sens nous servent à profiter des objets apparents du monde matériel et ils constituent le niveau d'identification le plus grossier que l'individu tende à adopter. (...]

Si nous pensons que nous sommes le corps nous devenons dépendants de son bien-être et de sasanté. S'il a faim, "nous" avons faim et s'il est blessé ou malades, nous nous sentons incomplets, ce qui nous fait souffrir. Pire encore, nous croyons que celui-que-nous-sommes-vraiment est condamné à vieillir puis à mourir. Le plus souvent, si l'on vous demande "Comment allez-vous ?", la question concerne votre santé. Nous choisissons notre conjoint en fonction de son attrait physique et nous pleurons nos facultés déclinantes quand le corps vieillit.[...]

Pour être précis, il faut noter qu'en général nous ne pensons pas "je suis mon corps". En fait, nous nous identifions plutôt à une caractéristique du corps telle que "je suis laid" ou "je suis gros". Nous associons par erreur les caractéristiques du corps, qui ne osn tpas notre vrai soi, avec le véritable "Je". On s'en rend compte dans le cas de personnes qui ont perdu un membre, la vue ou autre chose. Leur coprs a changé de façon significative mais ils ne croient pas que ce qu'ils sont soit différent en quoi que ce soit.

Repost 0
Publié par Emmanuel
commenter cet article

triangle.gif

  sticker-oiseau-silhouette-2

 

La Maison d'Emmanuel

     "Tu es Cela - Plus proche que proche - Déjà là" 

___

 

Recherche

11497 10151563388252722 1707565980 a

 

Tout comme l'aigle s'en revient à son nid,

à tire-d'aile, lassé de son long voyage.

Ainsi l'âme qui dans le monde relatif et mortel des phénomènes a vécu,

s'en reviendra en elle-même,

Où elle s'endormira, libre de tout désir et de tout rêve

 

 

zafu

 

 

murugan.jpg