Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 05:22
(Lâcher-prise, bronze d'Isabelle Blanchard)


Chapitre I : Vous n'êtes pas votre mental

Le plus grand empêchement à l'illumination

p.9-10
"L'illumination c'est quoi ?
"

[...]
"Ceux qui n'ont pas trouvé leur véritable richesse, c'est-à-dire la joie radieuse de l'Etre et la paix profonde et inébranlable qui l'accompagnent, sont des mendiants même s'ils sont très riches sur le plan matériel. Ils se tournent vers l'extérieur pour récolter quelques miettes de plaisir et de satisfaction, pour se sentir confirmés, sécurisés ou aimés, alors qu'ils abritent en eux un trésor qui non seulement recèle toutes ces choses, mais qui est aussi infiniment plus grandiose que n'importe quoi que le monde puisse leur offrir.


L'illumination n'est pas "un accomplissement surhumain", [...] c'est un "état naturel, la sensation de ne faire qu'un avec l'Etre. C'est un état de fusion avec quelque chose de démesuré et d'indestructible, [...] qui est [...] essentiellement vous mais pourtant beaucoup plus vaste que vous.
L'illumination c'est trouver votre vraie nature [...]. Votre incapacité à ressentir cette fusion fait naître l'illusion de la division, la division face à vous-même et au monde environnant. C'est pour cela que vous vous percevez, consciemment ou non, comme un fragment isolé. La peur survient et le conflit devient la norme, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur.

[...]"Pour le bouddha Gautama, l'illumination c'est "la fin de la souffrance
". [S'il donne] une définition par la négative [c'est pour] que "le mental" ne puisse pas en faire une croyance ou un accomplissement surhumain, un objectif qu'il vous soit impossible à atteindre." [...]

p.11
[Qu'est-ce que l'Etre ?]


"L'Etre est LA vie éternelle et omniprésente [...] qui existe [...] au-delà [et...] au coeur de toute forme ; il constitue l'essence invisible et indestructible la plus profonde.[...] L'Etre vous est accessible immédiatement et représente votre moi le plus profond, votre véritable nature. Mais ne cherchez pas à le saisir avec votre "mental" ni à le comprendre. Vous pouvez l'appréhender seulement quand votre "mental" s'est tu. Quand vous êtes présent, quand votre attention est totalement et intensément dans le présent, vous pouvez sentir l'Etre.[...]

Retrouver cette présence à l'Etre et se maintenir dans cet état de "sensation de réalisation", c'est cela l'illumination.




(Icône, de Vincent Vallade)

p.11-12
[Pourquoi employer le terme "Etre" plutôt que celui de "Dieu" ?]


Selon Eckhart Tolle, lorsque
le terme de "Dieu" est employé, il renvoit souvent à quelque chose d'extérieur à nous, ou qui sépare les Hommes, même s'il ne fait plus référence mentalement "à un vieux patriarche à la barbe blanche".
Aucun mot, Etre, Dieu ou d'autres, ne permet "de définir ou d'expliquer l'ineffable réalité qu'abrite le mot en question".
Selon l'auteur, il est important se poser la question suivante : "ce mot [nous] aide-t-il ou [nous] empêche-t-il de faire l'expérience de ce qu'il désigne ?".

[...]"Le mot "Etre" à l'avantage d'être un concept ouvert. Il ne réduit pas l'infini invisible à une entité finie et il est impossible de s'en faire une image mentale. Personne ne peut se déclarer être l'unique détenteur de l'Etre, car il s'agit de votre essence même et que celle-ci vous est accessible immédiatement sous la forme de la sensation de votre propre présence, de la réalisation de ce "je suis" qui précède le "Je suis ceci ou cela" : Le pas à franchir entre le terme "Etre" et l'expérience "d'Etre" est donc plus petit."



(Sculpture en bois de Monsieur Barbier)

p.12-13-14
Qu'est-ce qui nous empêche le plus de connaître cette réalité ?


"C'est l'identification au "mental", car celle-ci amène la pensée à devenir compulsive" [..., ....] vous empêche de trouver ce royaume de calme intérieur qui est indissociable de "l'Etre". [Elle] crée un faux moi érigé par l'ego qui projette une ombre de peur et de souffrance sur tout." [...]

"Descartes [s'est trompé quand il a dit] : "je pense, donc je suis". [C'est une erreur que] d'assimiler la pensée à l'être et l'identité à la pensée.
"Le penseur compulsif [...] vit dans un état d'apparente division, dans un monde déraisonnablement complexe où foisonnent perpétuellement problèmes et conflits, un monde qui reflète l'incessante fragmentation du mental".

"L'illumination c'est un état de plénitude, d'unité avec le Tout et donc de paix. C'est un état d'unité avec la vie sous sa forme manifeste, soit le monde, et avec la vie sous sa forme non manifeste, c'est-à-dire votre moi. Un état d'unité avec l'être. L'illumination est non seulement la fin de la souffrance et du perpétuel conflit en soi ou avec le monde extérieur, mais aussi d'un épouvantable esclavage, celui de l'incessante pensée. C'est une incroyable libération !"

"L'identification au mental crée chez vous un écran opaque de concepts, d'étiquettes, d'images, de mots, de jugements et de définitions qui empêchent toute vraie relation.
Cet écran s'interpose entre vous et vous-même, entre vous et votre prochain, entre vous et la nature, entre vous et le divin. C'est cet écran de pensées qui amène cette illusion de division, l'illusion qu'il y a vous et un "autre", totalement séparé de vous.
[...] "Derrière le plan des apparences physiques et de la diversité des formes, vous ne faites qu'un avec tout ce qui est."
[Le tout n'est pas de croire que cela est vrai c'est de l'expérimenter] [...] "Seule l'expérience peut vous libérer."

[Eckhart Tolle compare la pensée compulsive avec la maladie.] "Il n'y a rien de mal à ce que les cellules du corps se divisent pour se multiplier. Mais lorsque ce phénomène s'effectue sans aucun égard pour l'organisme dans sa totalité, les cellules prolifèrent, et la maladie s'installe.
Le mental est un magnifique outil si l'on s'en sert à bon escient. Dans le cas contraire, il devient très destructeur. Plus précisément, ce n'est pas tant que vous utilisez mal votre "mental" ; c'est plutôt qu'en général vous ne vous en servez pas du tout, car c'est lui qui se sert de vous. Et c'est cela la maladie, puisque vous croyez être votre mental. C'est cela l'illusion. L'outil a pris possession de vous."

P.14
[Question que pose E. Tolle à celui qui pense maîtriser son mental :]


[...]
"Le mental aime se faire les dents sur des problèmes comme les chiens le font avec les os
." Voilà pourquoi il fait des mots croisés et invente des bombes atomiques, alors que vous, l'Etre, ne portez intérêt ni à l'un ni à l'autre." [...]
"Pouvez-vous vous libérez du mental quand vous le voulez ?"



(Envol de la mouette rieuse - histoires naturelles.net)

[Quand commencez-vous à vous éveiller ?]
p.14-15

"La liberté commence quand vous prenez conscience que vous n'êtes pas cette entité, c'est-à-dire le penseur. En sachant cela, vous pouvez alors surveiller cette entité. Dès l'instant où vous vous mettez à observer le penseur, un niveau plus élevé de conscience est activé et vous comprenez petit à petit qu'il existe un royaume d'intelligence au-delà de la pensée et que celle-ci ne constitue qu'un infime aspect de cette intelligence.
Vous réalisez alors que toutes les choses vraiment importantes -la beauté, l'amour, la créativité, la joie, la paix- trouvent leur source au-delà du mental. Et vous commencez alors à vous éveiller.
"
Repost 0
Publié par Emmanuel de Lussac - dans Eckhart Tolle
commenter cet article
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 10:26
(Maât, déesse de la vérité)




Introduction : La vérité en vous


p. 4
Ce livre, le pouvoir du moment présent,  est le résultat du travail d'Eckhart Tolle.
Il prend la forme de questions-réponses, réponses plus ou moins retravaillées qu'Eckhart Tolle a données au cours de ces dix dernières années en différents lieux.

p.5
Il aborde tout d'abord nos illusions, la manière dont elles s'expriment en nous. Il insiste sur le fait de ne pas leur accorder d'importance quand on les aperçoit afin de ne pas les perpétuer.
Eckhart Tolle nous invite ensuite à agir au présent pour transformer notre conscience, nous "libérer de l'esclavage du mental. [Il nous] montre comment accéder à cet état éclairé de conscience, et de quelle manière le maintenir dans le quotidien".

p.6
Il nous conseille de ne pas lire "seulement avec notre tête", d'être attentif "aux réponses qui arrivent sous la forme de sensations et de reconnaissance intérieure". Pour lui nous avons déjà cette connaissance dont il est question dans ce livre en nous, il souhaite simplement nous"rappeler ce que nous avons oublié"
Il nous demande aussi de ne pas nous focaliser sur les mots qu'il emploie car "les mots [nous dit-il] ne sont que des points de repère que l'on doit délaisser aussitôt que possible"

p.7
Pour Eckhart Tolle, "il n'y a jamais eu qu'un seul enseignement spirituel, bien qu'il puisse prendre de nombreuses formes". Son enseignement ne contredit aucunement les enseignements spirituels ou religieux anciens, il permet lorsque l'on est adepte de l'un d'entre eux d' approfondir cet enseignement.
Ce livre provient de son expérience, de son lien à la Source intérieure.

Repost 0
Publié par Emmanuel de Lussac - dans Eckhart Tolle
commenter cet article
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 06:55


Introduction

L'origine de ce livre


p.1 et 2

Eckhart Tolle
jusqu'à l'âge de trente ans connut des périodes dépressives et suicidaires. Puis une nuit alors qu'il était au plus mal il prit concience de la partie de sa personne qui le maintenait dans cet état de souffrance.
Il cessa de penser, s'abandonna au vide que découvrait le mental qui s'était tu, ses peurs s'évanouirent. Il demeura toute la nuit "absent" à ce qui se passait, sans souvenir.
Au réveil, ce fut une seconde naissance :

   "Puis les pépiements d'un oiseau devant la fenêtre me réveillèrent. Je n'avais jamais entendu un tel son auparavant. Derrière mes paupières encore closes, ce son prit la forme d'un précieux diamant. Oui, si un diamant pouvait émettre un son, c'est ce à quoi il ressemblerait. J'ouvris les yeux. Les premières lueurs de l'aube fusaient à travers les rideaux. Sans l'intermédiaire d'aucune pensée, je sentis, je sus que la lumière est infiniment plus que ce que nous réalisons. Cette douce luminosité filtrée par les rideaux était l'amour lui-même. Les larmes me montèrent aux yeux, je sus que je ne l'avais jamais vraiment vue auparavant. Tout était frais et comme neuf, un peu comme si tout venait d'être mis au monde. Je ramassai quelques objets, un crayon, une bouteille vide, et m'émerveillai devant la beauté et la vitalité de tout ce qui se trouvait autour de moi.
   Ce jour-là je déambulai dans la ville, totalement fasciné par le miracle de la vie sur terre, comme si je venais de venir au monde."

p.3

E. Tolle comprit et mit des mots sur ce qui lui était arrivé que plusieurs années plus tard, à la faveur de ses lectures et rencontres spirituelles :
- la souffrance avait été telle cette nuit là qu'il avait cessé de s'identifier "avec son moi [illusoire], malheureux et plein de peur profonde"
- cette souffrance disparue avait découvert sa "véritable nature, l'éternel je suis, la conscience dans son état vierge avant l'identification à la forme".

"[Et la paix connue grâce à cette expérience] ne [l']a jamais quitté depuis ce jour là. Elle est parfois très puissante, presque palpable, et les autres peuvent la sentir aussi. A d'autres moments, elle est plus en arrière-plan, semblable à une mélodie de fond."

Des personnes lui demandèrent de leur montrer comment arriver à cet état de paix intérieure.

p.4
Il leur répondait : "Mais vous y êtes déjà. Vous ne pouvez pas le sentir parce que votre mental fait trop de bruit. Cette réponse s'élabora et devint plus tard [le pouvoir du moment présent], et donna aussi à Eckhart Tolle le rôle d' "enseignant spirituel.

Repost 0
Publié par Emmanuel de Lussac - dans Eckhart Tolle
commenter cet article

triangle.gif

  sticker-oiseau-silhouette-2

 

La Maison d'Emmanuel

     "Tu es Cela - Plus proche que proche - Déjà là" 

___

 

Recherche

11497 10151563388252722 1707565980 a

 

Tout comme l'aigle s'en revient à son nid,

à tire-d'aile, lassé de son long voyage.

Ainsi l'âme qui dans le monde relatif et mortel des phénomènes a vécu,

s'en reviendra en elle-même,

Où elle s'endormira, libre de tout désir et de tout rêve

 

 

zafu

 

 

murugan.jpg