Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 06:15

Ego, dessin illustrant un texte de Serge Carfantan sur l'ego

Table des matières

[Pages 141 à 166 non saisies et/ou résumées]

Chapitre VIII : Les relations éclairées
Renoncez à la relation que vous entretenez avec vous-même

[Extrait page 167 :]

Si vous ne réussissez pas à vous sentir bien avec vous-même quand vous êtes seul, vous chercherez à établir une relation avec une autre personne pour masquer le malaise.
Mais vous pouvez être sûr que le malaise refera surface sous une forme ou une autre dans la relation et que vous en rendrez probablement votre partenaire responsable.

Tout ce dont vous avez vraiment besoin, c'est d'accepter totalement l'instant présent. Vous êtes alors bien dans l'ici-maintenant et avec vous-même.

Mais avez-vous absolument besoin d'être en relation avec vous-même ? Pourquoi ne pouvez-vous être simplement vous-même ?
Quand vous êtes en relation avec vous-même, vous êtes divisé : d'un côté, il y a le "je" et de l'autre "le moi-même", soit le sujet et l'objet. Cette dualité créée de toute pièce par le mental est la cause de toute complexité superflue, de tous les problèmes et conflits qui surgissent dans votre vie.

Quand vous êtes réalisé, vous êtes vous-même. Autrement dit le "vous" et le "vous-même" ne font plus qu'un. Vous ne vous jugez pas, vous ne vous prenez pas en pitié, vous n'êtes pas fier de vous, vous ne vous aimez pas, vous ne vous détestez pas, etc.

La division causée par la conscience, qui revient sur elle-même est résorbée, et sa malédiction, éliminée. Il n'y a plus de "moi" à protéger, à défendre ou à sustenter. Quand vous êtes réalisé, vous n'entretenez plus cette relation avec vous-même. Une fois que vous y avez renoncé, toutes les autres relations deviennent des relations d'amour.
Repost 0
Publié par Emmanuel de Lussac - dans Eckhart Tolle
commenter cet article
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 09:53
Image créée par Wonka

Table des matières

Chapitre VIII : Les relations éclairées
Entrez dans le moment présent peu importe les circonstances...139-141

[...]
[N']attendez [pas] qu'un événement d'ordre temporel vienne vous sauver.

Le salut ne se trouve pas ailleurs, ni dans
un lieu ni dans le temps. Il est ici et maintenant.

[...]
La plupart des gens recherchent les plaisirs du corps ou diverses formes de gratification psychologique parce qu'ils croient que ces choses les rendront heureux ou les libéreront de leur sentiment de peur ou de manque.
Ils perçoivent donc le bonheur comme une sensation accrue de vitalité engendrée par les plaisirs du corps, ou bien comme une sensation plus totale et plus forte de leur moi procurée par une gratification psychologique quelconque.

Leur recherche de salut s'effectue donc à partir d'un état d'insatisfaction ou de manque. Invariablement, la satisfaction que ces gens obtiennent est de courte durée. Par conséquent ils projettent habituellement de nouveau la condition de leur satisfaction sur un point imaginaire se trouvant loin de l'ici-maintenant.
"Quand j'aurai ceci ou que je serai libéré de cela, alors je serai bien". Voilà l'état d'esprit inconscient qui crée l'illusion que le salut se trouve dans le futur.

Le véritable salut, c'est la satisfaction, la paix et la vie dans leur plus grande plénitude. C'est être qui vous êtes, sentir en vous le bien qui n'a aucun opposé, la joie de l'Etre qui ne dépend de rien d'autre que de lui-même.
Il se ressent non pas comme une expérience passagère, mais comme une présence durable. Dans un langage religieux, on dirait que c'est "connaître Dieu" non pas comme quelque chose d'extérieur à vous, mais comme ce qui est votre essence la plus profonde.
Le véritable salut, c'est se connaître soi-même comme faisant indissociablement partie de l'Un temporel et sans forme qui confère à chaque chose l'essence qui l'anime.

C'est aussi un état de libération. Libération de la peur, de la souffrance, d'une sensation de manque et d'insuffisance, et par conséquent, libération de tout désir, besoin, attachement et de toute cupidité.
C'est se dégager de la pensée compulsive, de la négativité et surtout du passé et de l'avenir en tant que besoin psychologique. Votre mental vous dit que vous ne pouvez pas y arriver à partir à partir de là où vous êtes. Que quelque chose doit nécessairement se passer, sinon il vous faudra devenir ceci ou cela avant d'être comblé. Que vous avez besoin de temps et de trouver, sélectionner, faire, accomplir, acquérir, devenir ou comprendre quelque chose avant de pouvoir être libre ou complet.

Pour vous, le temps est l'instrument du salut, alors qu'en vérité il en est le plus grand obstacle. Selon vous, vous ne pouvez y accéder à partir des circonstances dans lesquelles vous vous trouvez et à partir de ce que vous êtes dans le moment parce que vous n'êtes pas encore assez accompli ou assez parfait.
La vérité, c'est que l'ici-maintenant est le seul point à partir duquel vous pouvez parvenir au salut.
En réalité vous y accédez par le fait même de prendre conscience que vous y êtes déjà. Vous trouvez Dieu dès l'instant où vous réalisez que vous n'avez pas besoin de le chercher.


Il n'y a donc pas de chemin unique pour découvrir le salut : n'importe quelle situation peut vous y conduire, mais aucune situation particulière n'est requise. il n'existe qu'une seule porte pour y accéder : le moment présent. Il ne peut y avoir de salut en dehors de l'ici-maintenant. [...]

Rien de ce que vous pouvez faire ou atteindre ne vous rapprochera plus du salut que ce moment-ci. Un esprit habitué à penser que tout ce qui vaut la peine se situe dans le futur aura peut-être de la difficullté à saisir cela. Et rien de ce que vous avez jamais fait ou qu'on vous a fait dans le passé ne peut vous empêcher de dire oui à ce qui est, et de porter intensément votre attention sur le moment présent. Ceci ne peut se faire dans le futur. Vous le faites maintenant ou pas du tout.

Repost 0
Publié par Emmanuel de Lussac - dans Eckhart Tolle
commenter cet article
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 06:59
La lumière d'en bas, photographie de Thomas

Table des matières

Chapitre VII : Diverses portes d'accès au non-manifeste

La mort consciente...135-137

A part le sommeil profond sans rêve dont j'ai déjà parlé, il existe une autre porte d'accès non volontaire. Celle-ci s'ouvre brièvement au moment de la mort physique. Même si vous avez raté toutes les autres occasions de réalisation spirituelle au cours de votre vie, une dernière porte s'ouvrira pour vous immédiatement après la mort du corps.
Un nombre incalculable de gens ont rapporté avoir vu de leurs propres "yeux" cette "porte" sous forme de lumière radieuse et être revenus de ce qui est communément appelé une expérience de mort imminente.
Un grand nombre de personnes ont mentionné avoir alors ressenti une sérénité béate et une paix profonde.

Dans le Livre tibétain des morts, ce phénomène est décrit comme "la lumineuse splendeur de la lumière incolore", cette splendeur étant votre véritable moi ainsi que le dit le livre.
Ce portail au non-manifeste ne s'ouvre que très brièvement et, à moins d'avoir déjà connu la dimension du non-manifeste au cours de votre vie, il est fort probable que vous passerez à côté.
La plupart des gens ont accumulé en eux trop de résistance, trop de peur, trop d'attachement aux expériences sensorielles et trop d'identification au monde manifeste.

Alors quand ils sont sur le seuil du non-manifeste, ils s'en détournent par peur perdent ensuite conscience. Ce qui se produit par après est en grande partie involontaire et automatique. En fin de compte, il y aura un autre cycle de naissance et de mort. La présence n'était pas encore assez forte chez ces gens pour qu'ils entrent consciemment dans l'immortalité.

[...]

Comme c'est le cas avec toutes les autres portes d'accès au non-manifeste, votre véritable et rayonnante nature se perpétue, mais pas la personnalité. Dans tous les cas, tout ce qui est réel ou d'un valeur véritable dans votre personnalité appartient à votre vraie nature. Ceci ne se perd jamais. Rien de valeur ou de réel ne se perd jamais.

A l'approche de la mort et au moment de celle-ci, c'est-à-dire lorsque la forme physique se dissout, c'est toujours une occasion unique de se réaliser spirituellement. Mais la plupart du temps, les humains passent dramatiquement à côté, puisqu'ils dans une culture qui ignore presque totalement la mort et tout ce qui a vraiment de l'importance.

Chacune de ces portes donnent accès à la mort, celle du faux moi. Quand vous passez le seuil de l'une d'elles, vous arrêtez de fonder votre identité sur votre forme psychologique, créée par le mental. Vous prenez alors conscience que la mort est une illusion, tout comme votre identification à la forme en était une. La fin de l'illusion, c'est tout ce que la mort est. La mort n'est douloureuse qu'aussi longtemps que vous vous accrochez à l'illusion.
Repost 0
Publié par Emmanuel de Lussac - dans Eckhart Tolle
commenter cet article

triangle.gif

  sticker-oiseau-silhouette-2

 

La Maison d'Emmanuel

     "Tu es Cela - Plus proche que proche - Déjà là" 

___

 

Recherche

11497 10151563388252722 1707565980 a

 

Tout comme l'aigle s'en revient à son nid,

à tire-d'aile, lassé de son long voyage.

Ainsi l'âme qui dans le monde relatif et mortel des phénomènes a vécu,

s'en reviendra en elle-même,

Où elle s'endormira, libre de tout désir et de tout rêve

 

 

zafu

 

 

murugan.jpg