Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 09:23
Bonjour à tous

Je vous informe que je viens de créer aujourd'hui une nouvelle "page" dont voici le lien

http://maison-ema.over-blog.fr/pages/Le_Hara_centre_vital_de_lhomme_Karlfried_Graf_Durckheim-2343579.html


Pour vos commentaires à ce sujet il faudra les laisser dans ce présent article ou dans les articles de Desjardins, concernant "le hara et le coeur"

En effet à partir de deux autres pages, cette fois d'A. Desjardins, qui sont l'intégralité du Chapitre 5 : "le hara et le coeur" qui donnent le pourquoi, selon l'auteur, d'une "pratique du hara", j'ai créé trois articles. La lecture de ces pages donnent un éclairage complémentaire sur le pourquoi de l'exercice proposé par K. G. Durckheim.

Voici les liens vers ces deux pages d'A. Desjardins :

-http://maison-ema.over-blog.fr/pages/Le_hara_et_le_coeur_1_A_Desjardins_Approches_de_la_meditation-2350305.html

-http://maison-ema.over-blog.fr/pages/Le_hara_et_le_coeur_2_A_Desjardins_Approches_de_la_meditation-2350308.html

Les liens vers les articles qui reprennent de larges extraits du texte précédent, nous essayerons d'en résumer les idées, pour le moins avons nous souligné les passages qui nous semblent importants :

http://maison-ema.over-blog.fr/article-approches-de-la-meditation-le-hara-et-le-coeur-5-1--42806843.html

http://maison-ema.over-blog.fr/article-approches-de-la-meditation-le-hara-et-le-coeur-5-2--43083202.html


http://maison-ema.over-blog.fr/article-approches-de-la-meditation-le-hara-et-le-coeur-5-3--43083666.html

L'exercice du hara proposé par Dürckheim, ici, résumé, pour servir juste d'aide mémoire.
Il convient, selon moi,  avant de pratiquer, de lire et relire la page de ce blog "le hara, centre vital de l'homme" (voir lien ci-dessus) pour comprendre de quoi il s'agit, de lire également le chapitre 5 d'Approches de la méditation "le hara et le coeur" d' A. Desjardins (voir lien ci-dessus)


Résumé de l'exercice- aide-mémoire :
(extraits de "le hara, centre vital de l'homme" de K. G. Dürckheim)

 


1) Tout d'abord : sentir le corps intérieur.

Jambes fermes, largement écartées, le buste ample et droit, les bras pendants, le regard à l'infini.

Il est recommandé au début de fermer les yeux, de garder le silence et d'essayer de sentir intérieurement le corps que l'on "est" intérieurement , sous la peau.


2) Il faut ensuite progresser lentement du haut vers le bas et du bas vers le haut , sentir toutes les tensions et les relâcher ; il convient en particulier de prêter attention à la respiration , de connaître son mouvement de va et vient.


3) Alors, sans modifier son attitude, c'est à dire sans s'affaisser sur soi-même, on doit se laisser légèrement glisser dans l’expiration, qui devient alors automatiquement plus longue que l'inspiration.

On prend son temps et l'on répète cet exercice jusqu'à ce que se produise le premier mouvement menant à l'attitude juste : le lâcher prise ; on se relâche dans les épaules au début de l'expiration.

  On ne pousse pas les épaules vers le bas, mais on se relâche dans les épaules par ce mouvement de lâcher prise.

Celui ci s'accompagne immédiatement d'un deuxième mouvement: l'assise ; on s’installe, on s'assied pour ainsi dire dans son bassin à la fin de l'expiration. Ces deux premiers mouvements sont en fait que les deux parties d'un seul et même mouvement de haut en bas.

 

Il va de soi que ce mouvement naissant dans les épaules et se terminant dans le bassin doit en définitive ne plus constituer qu'un seul et même mouvement. Mais plus le débutant a conscience de ce qu'il doit faire et plus il constate combien il est tendu au niveau des épaules et se retient "en haut" plus il se rend compte qu'il est loin de "s'installer " avec confiance dans son bassin et de se laisser porter par lui. C' est ainsi qu'il comprend à quel point il se cramponne au domaine du Moi.

 

 L' "acceptation" juste du bas ventre. Elle doit survenir à la fin de l’expiration. Il convient ici de ne pas commettre l'erreur qui consiste à considérer que le ventre se gonfle à l'inspiration et se creuse à l'expiration.

 

Il faut distinguer d'une part, respiration naturelle et respiration "complète" caractéristique du yoga, et, d'autre part, estomac et bas ventre.

Certes, l'épigastre se creuse à l'expiration et ressort quelque peu à l'inspiration, les flancs eux même prennent un peu de volume à l'inspiration et diminuent à l’expiration.


Mais il ne servira à rien de laisser simplement tomber le ventre. Il serait également faux de le gonfler ou de le faire sortir. Il suffit en fait, de libérer le bas ventre de toute tension et d'y mettre un peu de force. Le but recherché est de sentir cette force au niveau du bassin, autrement dit au niveau du bas ventre, des reins et de tout le tronc.


une erreur [possible] : durcir l’épigastre. Aussi faut il détendre cette région tandis que le bas ventre reste légèrement tendu. Alors seulement on se sent détendu dans l'ensemble de sa personne, mais en même temps solide, bien "enraciné en bas" dans le centre de gravité juste.

 

Par ailleurs, l'attitude juste va de pair avec une juste conscience de cette attitude. Ainsi, cela fait il parti intégrante de l'exercice de l'attitude juste que de se demander où (dans son corps) l'on prend conscience de soi même et de connaître ce que l'on ressent alors.

 


Celui qui a compris que l'exercice en tant qu’exercitium ne vise pas à l'apprentissage de quelque pratique extravagantes, mais à faire retrouver les formes fondamentales du comportement, sait que les actions les plus simples, la façon de marcher, de se tenir debout ou assis, par exemple, constituent un champ infini d'exploration de l’exercice.




Bonne lecture et bonne pratique,

Emmanuel


Repost 0
Publié par Emmanuel de Lussac - dans Karlfried Graf Dürckheim
commenter cet article

triangle.gif

  sticker-oiseau-silhouette-2

 

La Maison d'Emmanuel

     "Tu es Cela - Plus proche que proche - Déjà là" 

___

 

Recherche

11497 10151563388252722 1707565980 a

 

Tout comme l'aigle s'en revient à son nid,

à tire-d'aile, lassé de son long voyage.

Ainsi l'âme qui dans le monde relatif et mortel des phénomènes a vécu,

s'en reviendra en elle-même,

Où elle s'endormira, libre de tout désir et de tout rêve

 

 

zafu

 

 

murugan.jpg