Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Maison d'Emmanuel

La voie du non-attachement - Pratique de la méditation profonde. V.-R. DHIRAVAMSA - 1

20 Février 2018, 14:09pm

Publié par Emmanuel

La voie du non-attachement - Pratique de la méditation profonde. V.-R. DHIRAVAMSA - 1

Source : La voie du non-attachement : pratique de la méditation profonde - V. -R. DHIRAVAMSA. Editions DANGLES, Saint-Jean de Braye, 1979. - Introduction, pages 7 à 9.

[...] La croyance établie n'a rien de commun avec la certitude intime qui, elle, nous laisse libres d'explorer toutes les voies sans craindre les différences ou rejeter certaines d'elles. Il est primordial de les observer sous divers angles, d'en acquérir une connaissance directe et de comprendre pourquoi les uns et les autres empruntent une certaine voie et non pas une autre. [...] 

Dans la méditation connue sous le nom de samatha se basant sur la concentration, il advient que les activités du moi se suspendent momentanément et que, par-là, le flot de l'être n'étant plus entravé par l'attachement égotique et les conflits existentiels, il se libère. Cet état d'extase, on voudra le voir se répéter. Au cas cependant où le désir est exaucé, il n'aidera en rien son bénéficiaire à se libérer du désir lui-même.

[...] La réussite spirituelle comporte un risque identique [à la réussite matérielle], dans la mesure où elle ne nous apprend pas à renoncer aux choses, à nous préserver des vanités, à accepter nos faiblesses et les expériences déplaisantes en tous genres. On préfère fuir tout cela et apprendre à se protéger de ce qui est douloureux. Or, ce choix procède du désir, que le Bouddha considérait précisément comme la cause primordiale de la souffrance.

Nous tournons autour des faits au lieu d'aller à travers. Le désir veut aller vers, jamais à travers. C'est pourtant le voyage "à travers" qui se confond avec la Voie. Si on ne l'entreprend pas, ni le courage ni l'acceptation profonde ne se développent et les buts auxquels on atteint s'avèrent étrangers à la libération

Pour distinguer de quel ordre est notre approche à la méditation, le but que nous poursuivons, il nous faut regarder en nous-mêmes. Notre méditation se fonde-t-elle sur le désir et l'attente ou voyons-nous qu'elle ne peut accommoder d'eux ?

 

 

Tomasz Alen Kopera, 1971 - 11H (untitled) -https://www.arteclat.com/product/11h/

Tomasz Alen Kopera, 1971 - 11H (untitled) -https://www.arteclat.com/product/11h/

La méditation vipassana est comparable à un voyage à travers la vie, ce que nous y rencontrons dépend de notre conditionnement. La peur de l'expérience déplaisante ou l'espoir de n'y rencontrer que des choses "positives" rend notre pratique plus ardue. Tout comme la vie, elle est un voyage parsemé de découvertes. [...]

Occupons-nous de voyager dans notre espace intérieur, notre vraie nature ne pouvant se réaliser au travers d'idées. La découverte de ce qui est, et son acceptation instantanée, est un processus fondamental dans la méditation vipassana, ou méditation de la vision intuitive.

En l'esprit investigateur il y a certes désir, mais au sens d'une soif de connaître s'équilibrant dans la réceptivité et la reconnaissance de l'incertitude

Nous ne partons pas du principe qu'il nous faut à tout prix connaître mais avançons dans la vie avec patience et objectivité à l'image du vrai scientifique, encore que dans la science de la méditation on ne travaille pas dans une tour d'ivoire, en ignorant les responsabilités qui découlent de la connaissance ou la réalité de l'expérience subjective.

L'objectivité, au sens large veut qu'on tienne compte de sa vie intérieure, qu'on voie clairement ce qui s'y passe sans s'en effrayer. Fuir ou nier le monde intérieur n'abolit pas sa dynamique. Au contraire, un tel comportement la rend plus explosive et plus menaçante, en vertu de quoi on cherche à la fuir bien plus encore.

Commenter cet article