Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Maison d'Emmanuel

La voie du non-attachement - Pratique de la méditation profonde. V.-R. DHIRAVAMSA - CH.11

11 Avril 2018, 17:18pm

Publié par Emmanuel

La voie du non-attachement - Pratique de la méditation profonde. V.-R. DHIRAVAMSA - CH.11

 

Source : La voie du non-attachement : pratique de la méditation profonde - V. -R. DHIRAVAMSA. Editions DANGLES, Saint-Jean de Braye, 1979.  Chapitre 11 : Passivité et action. Pages 79 à 81

L'état de passivité est essentiel au développement de la méditation, c'est lui qui ouvre la voie à l'action intérieure. Car l'activité physique ou mentale provoque la dissipation et, en cela, elle est un sérieux empêchement au développement de soi. [...]

Ce qui s'applique au corps est de même valable pour l'esprit. Quand il ne veut pas regarder les choses en face, préférant imaginer, faire des associations d'idées ou des projets, agir ou fuir, il s'agite. L'observation impersonnelle est ce qui permet l'éclosion de l'énergie créatrice soutenant l'attention. L'énergie créatrice et l'attention sont des éléments vitaux de la méditation profonde, un esprit indolent et embrouillé ne pouvant méditer. L'observation passive, exempte de toute réaction aux contenus de la conscience est, en fait, une activité passionnante. [...]

Aussi, quand dans la méditation, on observe le va-et-vient du souffle, il ne faut pas faire [d']effort, ni du reste fixer son attention sur un point spécifique. L'objet d'attention ne doit pas être fixe, il peut-être n'importe où dans le corps ou hors du corps, dès lors qu'il est distinct du mouvement même d'attention. Des activités mentales voudront sans doute détourner votre attention ; des voix perturbatrices vous demanderont pourquoi vous méditez. Soyez un auditeur attentif, laissez-les s'exprimer. Soyez passifs, effacez-vous devant eux, n'intervenez d'aucune façon. Permettez au flot des conversations intérieures, des mémoires, des pensées de traverser le champ de votre conscience puis disparaître. Contentez-vous de les observer dans la grande passivité et en toute impartialité. L'équilibre émotif et la détente tant physique que mentale seront votre gain. Le corps et l’esprit vous paraîtront s'être allégés. Quelles que soient  les tensions restantes, vous serez intérieurement plus stable et par-là ne créerez pas d'autres résistances. Parce que si dans votre méditation, vous faites [des] effort[s] pour résoudre des difficultés ou atteindre des objectifs, vous augmentez vos résistances. Et le manque de perspective risque de vous décourager : des impulsions voudront vous persuader de ne pas persévérer afin qu'elles puissent continuer leurs jeux. Et tout cela vous jettera dans le désarroi.

 

Les trois yeux - Jean Cocteau

Si vous laissez vos expériences ou votre observation vous instruire, vous deviendrez votre propre maître, sans faire d'efforts délibérés. C'est méditer que d'être assis à l'écoute de l'esprit, sans accepter ni rejeter ce qu'il dit ; c'est aussi une manière d'apprendre ce qui se passe en soi et comment cela agit dans le monde extérieur.

Grâce à la compréhension de votre monde intérieur, vous vivez la quotidienneté sans susciter en vous le moindre conflit. Ne consultez pas des livres pour l'acquérir. Ils fournissent certes des exemples, mais le réel ne se perçoit que dans l'observation directe et l'écoute silencieuse. Nous écoutons la radio ou les gens, mais combien rarement sommes-nous à l'écoute de nous-mêmes, ce qui est pourtant primordial.

L'écoute intérieure fait naître la sagesse intuitive, qui nous permet de comprendre le sens de nos expériences et par-là, de lutter conte les extrêmes de pensée ou d'action. Les extrêmes sont des régions fréquentées par ceux qui ne savent ni ce qu'ils font ni qui ils sont.

Quand on reste attentivement à l'écoute de soi-même, on acquiert la compréhension de son espace intérieur, ses particularités et habitudes.

N'essayez pas de changer ce qui, en vous, vous déplaît, mais cherchez la cause de son existence. procédant de la sorte vous vous en affranchissez. C'est la vérité qui sépare le "bon grain" de l'"ivraie". Laissez-la agir, toute action personnelle est inutile. Quand vous avez l'impression qu'il faut agir, c'est parce que le désir et l'ambition vous habitent. L'action désintéressée est exempte de tout cela.

La vérité est indescriptible, mais vivable par chacun. On l'entrevoit parfois de façon fugitive, puis de nouveau les nuages de l’ignorance et des opinions viennent la recouvrir. cela n'a pas d'importance. L’important, c'est de poursuivre votre observation passive et impersonnelle, qui suscitera de nouveau son apparition.

 

Commenter cet article