Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 05:25
"Que ma joie demeure", peinture de Jahb

Table des matières

Chapitre II : Se sortir de la souffrance par la conscience

La douleur du passé : comment dissiper le corps de souffrance...33-34-35-36


"Tant que vous êtes incapable d'accéder au pouvoir de l'instant présent, chaque souffrance émotionnelle que vous éprouvez laisse derrière elle un résidu.
Celui-ci fusionne avec la douleur du passé, qui était déjà là, et se loge dans votre mental et votre corps [...] [sous forme] d'un champ d'énergie négative"

[...]

[Ce champ d'énergie négative Eckhart Tolle l'appelle] le corps de souffrance émotionnel.

[Ce corps de souffrance] peut-être latent ou actif [et s'exprimer avec plus ou moins de force selon les personnes].

"N'importe quoi peut [le réveiller], surtout ce qui fait écho à un scénario douloureux de votre passé [...] [;] une simple pensée ou une remarque innocente d'un proche peuvent l'activer."

[Les modes d'expression de ces corps de souffrance sont divers : la plainte, la violence physique ou émotionnelle. Ils peuvent s'attaquer aux êtres qui leur sont proches ou se retourner contre leur hôte entraînant "des maladies et des accidents", voire dans certains cas "le suicide".

[...]

"Il est [...] plus important de surveiller le corps de souffrance chez vous que chez quelqu'un d'autre. Remarquez donc tout signe de morosité, peu importe la forme qu'elle peut prendre. Ceci peut annoncer le réveil du corps de souffrance [...] [:] l'irritation, l'impatience, l'humeur sombre, un désir de blesser, la colère, la fureur, la dépression, un besoin de mélodrame dans vos relations, [etc.].
Saisissez le au vol dès qu'il sort de son état latent.
Le corps de souffrance veut survivre, tout comme n'importe quelle autre entité qui existe, et ne peut y arriver que s'il vous amène à vous identifier inconsciemment à lui.
[...]
Il [se nourrit] de toute expérience entrant en résonnance avec sa propre énergie, dans tout ce qui crée davantage de douleur sous quelque forme que ce soit : la colère, un penchant destructeur, la haine, la peine, un climat de crise émotionnelle, la violence et même la maladie.[...]
La souffrance ne peut soutenir qu'elle-même. Elle ne peut se nourrir de la joie, qu'elle trouve vraiment indigeste.

Lorsque le corps de souffrance s'empare de vous, vous en redemandez. Soit vous êtes la victime, soit le bourreau.[...] Vous n'en êtes pas conscient [...] et vous soutenez [...] que vous ne voulez pas de cette souffrance. Mais si vous regardez attentivement, vous découvrirez que votre façon de penser et votre comportement font en sorte d'entretenir la souffrance, la vôtre et celle des autres. Si vous en étiez vraiment conscient, le scénario disparaîtrait de lui-même, car c'est folie pure que de vouloir souffrir davantage et personne ne peut-être conscient et fou en même temps.

[...] Le corps de souffrance, qui est l'ombre de l'ego, craint la lumière de votre conscience.
Il a peur d'être dévoilé. Sa survie dépend de votre identification inconsciente à celui-ci et de votre peur inconsciente d'affronter la douleur qui vit en vous. Mais si vous ne vous mesurez pas à elle, si vous ne lui accordez pas la lumière de votre conscience, vous serez obligé de la revivre sans arrêt. Le corps de souffrance peut vous sembler un dangereux monstre que vous ne pouvez supporter de regarder, mais je vous assure que c'est un fantôme minable qui ne fait pas le poids davant le pouvoir de votre présence.

[...] [Aussi] dès que vous ressentez son champ énérgétique et que vous lui accordez votre attention, l'identification est rompue. Et une dimension supérieure de la conscience entre en jeu. Je l'appelle la présence. Vous êtes dorénavant le témoin du corps de souffrance. Cela signifie qu'il ne peut plus vous utiliser en se faisant passer pour vous et qu'il ne peut plus se régénérer grâce à vous. Vous avez découvert votre propre force intérieure. Vous avez accédé au pouvoir de l'instant présent.

Jaune, Rouge, Bleu peinture de Kandinsky

36-37-38
Qu'advient-il du corps de souffrance lorsque nous devenons suffisamment conscient pour rompre notre identification à celui-ci ?

L'inconscience le crée, la conscience le métamorphose.
Saint-Paul [...] :
"On peut tout dévoiler en l'exposant à la lumière, et tout ce qui est ainsi exposé devient lui-même lumière."
[...] Vous ne pouvez pas [...] vous battre contre le corps de souffrance. [Si vous le faites] cela crée un conflit intérieur, et par conséquent, d'avantage de souffrance. Il suffit de l'observer et cela suppose l'accepter comme une partie de ce qui est en ce moment.

Le corps de souffrance est composé d'énergie vitale prise au piège qui s'est séparée de votre champ énergétique global et qui est temporairement devenu autonome par le processus artificiel de l'identification au mental.
Elle s'est retournée contre elle-même pour s'opposer à la vie, comme un animal qui essaie de dévorer sa propre queue. [...]

Lorsque vous commencerez à vous désidentifier et à devenir l'observateur, le corps de souffrance continuera de fonctionner un certain temps et tentera de vous amener par la ruse, à vous identifier de nouveau à lui. Même si la non-identification ne l'énergise plus, il gardera un certain élan, comme la roue de la bicyclette continue de tourner même si vous ne pédalez plus.
A ce stade, il peut également créer des maux et des douleurs physiques dans diverses parties du corps, mais ceux-ci ne dureront pas. Restez présent, restez conscient. Soyez en permanence le vigilant gardien de votre espace intérieur. Il vous faut être suffisamment présent pour pouvoir observer directement le corps de souffrance et sentir son énergie.
Ainsi il ne peut plus contrôler votre pensée.
Dès que cette pensée se met au diapason du champ énergétique de votre corps de souffrance, vous y êtes identifiés et vous le nourrissez à nouveau de vos pensées. [...]

L'attention consciente soutenue rompt le lien entre le corps de souffrance et les processus de la pensée. C'est ce qui amène la métamorphose. Comme si la souffrance alimentait la flamme de votre conscience qui, ensuite, brille par conséquent d'une lueur plus vive.

Voilà la signification ésotérique de l'art ancien de l'alchimie : la transmutation du vil métal en or, de la souffrance en conscience. La division intérieure est résorbée et vos redevenez entier. Il vous incombe alors de ne plus créer de souffrance.

Peinture de Pierre Pirson

[...Résumé] du processus. Concentrez votre attention sur le sentiment qui vous habite. Sachez qu'il s'agit du corps de souffrance. Acceptez le fait qu'il soit là. N'y pensez pas. Ne transformez pas le sentiment en pensée. Ne le jugez pas. Ne l'analysez pas. Ne vous identifiez pas à lui. Restez présent et soyez le témoin de ce qui se passe en vous.
Devenez conscient non seulement de la souffrance émotionnelle, mais aussi de "celui qui observe", de l'observateur silencieux. Voici ce qu'est le pouvoir de l'instant présent, le pouvoir de votre propre présence consciente. Ensuite, voyez ce qui se passe.

Si vous êtes capable de rester vigilant et présent dans l'instant et d'observez tout ce que vous ressentez, plutôt que d'être envahi par la chose, cet instant vous donnera alors l'occasion de faire l'expérience de la pratique spirituelle la plus puissante. Et toute la souffrance passée pourra se transmuter rapidement.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Emmanuel de Lussac - dans Eckhart Tolle
commenter cet article

commentaires

aghnar 09/07/2015 14:46

Merci pour cette aide, je vais pouvoir m'observer et vivre plus le moment présent...merci encore

Emmanuel 09/07/2015 19:52

. Merci pour votre commentaire et merci Eckhart Tolle. Bonne et douce observation !

evasion 28/05/2009 09:13

Article tres interessant ...à mediter Merci

Emmanuel 29/05/2009 05:34


Bonjour Evasion. Merci à toi pour ton commentaire.


catherine 13/04/2009 22:24

Merci Emmanuel de continuer à mettre en ligne ces textes toujours nourissants et aussi de renseigner le Forum!

Emmanuel 15/04/2009 05:14


Bonjour Catherine ! Aller retour entre le collectif et ma démarche personnelle...impression de suivre mon rythme...


Yog 07/04/2009 16:19

Je n'avais jamais vu que tu avais des audios de Krishnamurti. Voila des choses à mettre sur mon MP3 pour écouter dans mon lit!!!
Bonne semaine!

Emmanuel 08/04/2009 05:30


Si tu arrives à rester concentrée dans ton lit ... Attention il risque plus de te réveiller que de te faire dormir
!
Bonne semaine à toi aussi chère Madame Yog !


gazou 05/04/2009 13:54

article très intéressant que je viendrai relire..Bon dimanche Emmanuel

Emmanuel 06/04/2009 06:39


Bonjour Gazou, pour l'instant je fais une petite pause avec Tolle, je poursuis peu à peu ma lecture-saisie de Krishnamurti "Se libérer du connu" - http://maison-ema.over-blog.fr/pages/Krishnamurti__Se_liberer_du_connu-1249447.html
Je pense que je vais alterner entre l'un et l'autre...
Et puis en ce moment je suis souvent sur le forum spiritpartage
Et puis en ce moment la vie et son expérience m'appelle
Et puis en ce moment je programme moins et je vis ce moment

Bonne semaine !


triangle.gif

  sticker-oiseau-silhouette-2

 

La Maison d'Emmanuel

     "Tu es Cela - Plus proche que proche - Déjà là" 

___

 

Recherche

11497 10151563388252722 1707565980 a

 

Tout comme l'aigle s'en revient à son nid,

à tire-d'aile, lassé de son long voyage.

Ainsi l'âme qui dans le monde relatif et mortel des phénomènes a vécu,

s'en reviendra en elle-même,

Où elle s'endormira, libre de tout désir et de tout rêve

 

 

zafu

 

 

murugan.jpg