Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 15:45

Lâcher-prise, peinture de Yanne Le Toumelin

Table des matières

Chapitre IV : Les stratégies du mental pour éviter le moment présent

Où que vous soyez, soyez-y totalement...79-84

[...] Où que vous soyez, soyez-y totalement. Si vous trouvez votre ici-maintenant intolérable et qu'il vous rend malheureux, trois possibilités s'offrent à vous : vous retirer de la situation, la changer ou l'accepter totalement. Si vous voulez assumer la responsabilité de votre vie, vous devez choisir l'un de ces trois options, et tout de suite.
Puis, acceptez-en les conséquences. Sans excuses. Sans négativité. Sans pollution psychique. Gardez votre espace intérieur dégagé.


Si vous passez à l'action, c'est-à-dire que vous vous retirez de la situation ou que vous la changez, commencez si possible par retirer la négativité. L'action qui résulte de la compréhension des besoins est plus efficace que celle qui découle de la négativité.

Souvent, il vaut mieux passer à n'importe quelle action que de ne rien faire, surtout si on est piégé depuis longtemps dans une situation malheureuse. S'il s'agit d'une erreur, vous apprendrez au moins quelque chose et, dans ce cas, ce n'en sera plus une. Si vous restez dans le piège, vous n'apprendrez rien.

La peur vous empêche t'elle de passer à l'action ? Reconnaissez-la, observez-la, accordez-lui votre attention, soyez-lui pleinement présent. Ceci aura pour effet de rompre le lien entre la peur et la pensée. Ne laissez pas la peur vous venir à l'esprit. Utilisez le pouvoir du moment présent. La peur ne peut l'emporter sur lui.

[Si vous ne pouvez passer à l'action] alors acceptez totalement ce qui se passe actuellement en laissant tomber toute résistance intérieure. Le moi faux et tourmenté qui adore se sentir malheureux ou rancunier, ou s'apitoyer sur son sort, ne peut plus survivre. Cela s'appelle lâcher-prise, ce qui n'est pas synonyme de faiblesse et recèle au contraire une grande force. Seule une personne qui lâche prise a du pouvoir spirituel. En agissant ainsi, vous serez intérieurement libéré de la situation et la verrez peut-être changer sans aucun effort de votre part. Chose certaine, vous serez libre.

Ou bien y a-t-il quelque chose que vous "devriez" faire mais que vous ne faites pas ? dans l'affirmative, levez-vous et faites le tout de suite. Sinon, acceptez complètement votre inactivité, votre paresse ou votre passivité actuelles, si tel est votre choix. Allez-y à fond. Amusez-vous. Soyez aussi paresseux ou inactif que possible.
Si vous y allez à fond et consciemment, vous en sortirez bientôt. Ou peut-être pas. D'une façon ou d'une autre, il n'y aura ni conflit intérieur, ni résistance, ni négativité.


Etes-vous stressé ?
Etes-vous si pressé d'arriver au futur que le présent n'est plus qu'une étape ? Le stress est provoqué par le fait que l'on soit "ici" tout en voulant être "là", ou que l'on soit dans le présent tout en voulant être dans le futur.
C'est une division qui vous déchire intérieurement. Il est malsain de la créer et de vivre avec. [...]
Au besoin, vous pouvez vous déplacer rapidement, travailler avec célérité ou même courir, sans vous projeter dans l'avenir ni résister au présent. Lorsque vous vous déplacez, travaillez, courez, faites-le totalement. Appréciez le mouvement et l'intensité de l'énergie à cet instant là. A présent, vous n'êtes plus stressé, vous n'êtes plus en dichotomie. Vous ne faites que vous déplacer, courir, travailler et apprécier. Ou vous pouvez tout laisser tomber et vous asseoir sur un banc de parc.
Mais si vous le faites, observez votre mental. Il vous dira peut-être : "Tu devrais être en train de travailler". Tu perds ton temps." Observez-le. Souriez-lui.

Le passé retient-il une grande partie de votre attention ? Vous arrive-t-il souvent d'en parler et d'y penser, en bien ou en mal ? S'agit-il des grandes choses que vous avez accomplies, de vos aventures, de vos expériences ? Ressassez-vous votre passé de victime et les affreuses choses que l'on vous a faites ou que vous avez faites à quelqu'un ? Vos mécanismes mentaux sont-il en train d'engendrer de la culpabilité, de l'orgueil, du ressentiment, de la colère, du regret, ou de l'apitoiement sur vous-même ?
Alors non seulement vous renforcez un faux sentiment de moi, mais vous accélérez également le processus de vieillissement de votre corps en provoquant une accumulation de passé dans votre psychisme. Vérifiez cela vous-même en observant autour de vous ceux qui ont une forte tendance à s'accrocher au passé.

Laissez mourir le passé à chaque instant. Vous n'en avez pas besoin. N'y faites référence que lorsque c'est absolument de mise pour le présent. Ressentez le pouvoir de l'instant et la plénitude de l'Etre. Sentez votre présence.

Vers un temple, peinture de Yanne Le Toumelin

Etes-vous inquiet ?
Avez-vous souvent des pensées anticipatoires ? Dans ce cas, vous vous identifiez à votre mental, qui se projette dans une situation future imaginaire et crée de la peur. Il n'y a aucun moyen de faire face à une telle situation, car celle-ci n'existe pas.
C'est un ectoplasme mental. Vous pouvez mettre fin à cette folie corrosive qui sape votre santé et votre vie : il vous suffit d'appréhender l'instant présent.
Prenez conscience de votre respiration. Sentez le mouvement de l'air qui entre et sort de vos poumons. Ressentez le champ énergétique en vous. Tout ce que vous aurez jamais à affronter et à envisager dans la vie réelle, c'est cet instant.
[...]

Demandez-vous quel "problème" vous avez à l'instant, et non celui que vous aurez l'an prochain, demain ou dans cinq minutes. Qu'est-ce qui ne va pas en ce moment ? Vous pouvez toujours composer avec le présent, mais vous ne pourrez jamais composer avec le futur. Et vous n'avez pas à le faire. La réponse, la force, l'action ou la ressource justes se présenteront lorsque vous en aurez besoin. Ni avant, ni après.

"Un jour, j'y arriverai". Votre but monopolise-t-il une si grande part de votre attention que vous réduisez l'instant présent à un moyen vous permettant d'atteindre ce but ? Dénue-t-il votre action de toute joie ? Attendez-vous avant de commencer à vivre ?
Si vous adoptez un tel scénario mental, peu importe vos réalisations et vos accomplissements, le présent ne sera jamais assez bien. L'avenir semblera toujours meilleur. C'est là la recette parfaite pour concocter une insatisfaction ou un insouvissement permanent, ne pensez-vous pas ?

Etes-vous quelqu'un qui attend généralement ?
Quel pourcentage de votre vie passez-vous à attendre ? Ce que j'appelle "l'attente à petite échelle", c'est faire la queue au bureau de poste, être pris dans un bouchon de circulation, ou à l'aéroport.
Ou encore anticiper l'arrivée de quelqu'un, la fin d'une journée de travail, etc.
"L'attente à grande échelle", c'est espérer les prochaines vacances, un meilleur emploi, le succès, l'argent, le prestige, l'illumination. C'est attendre que les enfants grandissent et qu'une personne vraiment importante arrive dans votre vie. Il n'est pas rare que des gens passent leur vie à attendre pour commencer à vivre.

Attendre est un état d'esprit. En résumé vous voulez l'avenir, mais non le présent. Vous ne voulez pas de ce que vous avez et désirez ce que vous n'avez pas. Avec l'attente, peu importe sa forme, vous suscitez inconsciemment un conflit intérieur entre votre ici-maintenant, où vous ne voulez pas être, et l'avenir projeté que vous convoitez.

Cela réduit grandement la qualité de votre vie en vous faisant perdre le présent. Il n'y a rien de mal à essayer d'améliorer vos conditions de vie, et vous pouvez le faire. Par contre, vous ne pouvez améliorer votre vie. La vie passe avant tout. La vie est votre Etre intérieur le plus profond. Elle est déjà entière, complète, parfaite. Ce sont les circonstances et vos expériences qui constituent vos conditions de vie. Il n'y a rien de mal à aspirer à certains buts et à vous efforcer de les atteindre. L'erreur c'est de substituer cette aspiration au sentiment de vivre, à l'Etre. Le seul point d'accès à l'Etre, c'est le présent. Vous êtes donc comme l'architecte qui ne prête aucune attention aux fondations d'un édifice, mais passe beaucoup de temps sur la superstructure.

Par exemple, bien des gens attendent que la prospérité vienne. Mais celle-ci ne peut arriver dans le futur. Lorsque vous honorez, reconnaissez et acceptez pleinement votre réalité présente et ce que vous avez -c'est-à-dire le lieu où vous êtes, ce que vous êtes, et ce que vous faites dans le moment- vous éprouvez de la reconnaissance pour ce que vous avez, pour ce qui est, pour le fait d'Etre.
La gratitude envers le moment présent et la plénitude de la vie présente, voilà ce qui est la vraie prospérité. Celle-ci ne peut survenir dans le futur. Alors, avec le temps, cette prospérité se manifeste pour vous de diverses façons. Si vous êtes insatisfait de ce que vous avez, ou même frustré ou en colère devant un manque actuel, cela peut vous motiver à devenir riche. mais même avec des millions, vous continuerez à éprouver intérieurement un manque et, en profondeur, l'insatisfaction sera toujours là.

Vous avez peut-être vécu de nombreuses expériences passionnantes qui peuvent s'acheter, mais elles sont éphémères et vous laissent toujours un sentiment de vide et le besoin d'une plus grande gratification physique ou psychologique. Vous ne vivez donc pas dans l'Etre et, par conséquent, ne sentez pas la plénitude de la vie maintenant, qui est la seule véritable prospérité.

Alors, cessez d'attendre, n'en faites plus un état d'esprit. Lorsque vous vous retrouvez à glisser vers cet état d'esprit, secouez-vous. Revenez au moment présent. Contentez-vous d'être et dégustez ce fait d'être. Si vous êtes présent, vous n'avez jamais besoin d'attendre quoi que ce soit. Ainsi donc, la prochaine fois que quelqu'un vous dira : "Désolé de vous faire attendre" vous pourrez répondre : "Ca va. Je n'attendais pas. J'étais tout simplement là, à m'amuser !"

Voilà seulement quelques-unes des stratégies habituelles qui font partie de l'inconscience ordinaire et que le mental utilise pour nier le moment présent. Elles font tellement partie de la vie normale, du "parasitage de fond" et de l'insatisfaction perpétuelle qu'il est facile de les ignorer. Mais plus on surveille son état mental et émotionnel intérieur, plus il est facile de savoir quand on s'est fait prendre au piège du passé ou du futur. Plus il est facile de se rendre compte qu'on a été inconscient et de sortir du rêve du temps pour revenir au présent.

Mais attention : le moi faux, tourmenté et fondé sur l'identification au mental vit du temps. Il sait que le moment présent signe son arrêt de mort et se sent de ce fait très menacé par lui. Il fera tout ce qu'il pourra pour vous en éloigner. Il essaiera de vous maintenir à tout prix dans le temps.

Sourire du Bouddha, peinture de Yanne Le Toumelin

Partager cet article

Repost 0
Publié par Emmanuel de Lussac - dans Eckhart Tolle
commenter cet article

commentaires

triangle.gif

  sticker-oiseau-silhouette-2

 

La Maison d'Emmanuel

     "Tu es Cela - Plus proche que proche - Déjà là" 

___

 

Recherche

11497 10151563388252722 1707565980 a

 

Tout comme l'aigle s'en revient à son nid,

à tire-d'aile, lassé de son long voyage.

Ainsi l'âme qui dans le monde relatif et mortel des phénomènes a vécu,

s'en reviendra en elle-même,

Où elle s'endormira, libre de tout désir et de tout rêve

 

 

zafu

 

 

murugan.jpg