Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 18:20
(Ulysse et les sirènes de Herbert Draper)

Chapitre I : Vous n'êtes pas votre mental

Comment se libérer du mental ?...15

Qu'entendez-vous exactement par "observer le penseur" ?...15-16

Nous avons des "voix dans [la] tête" , "sous forme de monologues ou de dialogues", [qui correspondent au] "phénomène involontaire de la pensée
que vous ne réalisez pas avoir le pouvoir d'arrêter."
[...]

"Ce que cette voix énonce ne correspond pas automatiquement à la situation dans laquelle vous vous trouvez dans le moment, [elle parle du passé ou se projette dans le futur
et souvent de manière négative induisant notamment] ce que l'on appelle l'inquiétude.
[La voix] s'accompagne parfois d'images visuelles ou de "films mentaux". Et même si ce que dit la voix correspond à la situation du moment, elle l'interprétera en fonction du passé.
Pourquoi ? Parce que cette voix appartient au conditionnement mental, qui est le fruit de toute votre histoire personnelle et celui de l'état d'esprit collectif et culturel dont vous avez hérité.

Ainsi vous voyez et jugez dorénavant  le présent avec les yeux du passé et vous en avez une vision totalement déformée. Il est fréquent que chez une personne, cette voix intérieure soit son pire ennemi. Nombreux sont les gens qui vivent avec un bourreau dans leur tête qui les attaque, et les punit sans cesse, leur siphonant ainsi leur énergie vitale. Ce tyran est à l'origine des innombrables tourments et malheurs, ainsi que de toute maladie."

[...]"Vous pouvez [...]vous libérer du mental, [en] écoutant dès maintenant et aussi souvent que possible cette voix. Prêtez particulièrement attention aux schémas de pensée répétitifs [...]peut-être [déjà anciens].
C'est ce que j'entends quand je vous suggère "d'observer le penseur". C'est une autre façon de vous dire d'écouter cette voix dans la tête, d'être la présence qui joue le rôle de témoin."

"Faites [cela] objectivement, c'est-à-dire sans juger. Ne condamnez pas ce que vous entendez, car si vous le faites, cela signifie que cette même voix est revenue par la porte de service. Vous prendrez bientôt conscience qu'il y a la voix et qu'il y a quelqu'un qui l'écoute et qui l'observe. Cette prise de conscience que quelqu'un surveille, ce sens de votre propre présence, n'est pas une pensée. Cette réalisation trouve son origine au-delà du "mental".


[Que se passe-t-il lorsqu'on observe une pensée ?]...16-17-18

"Vous êtes conscient de la pensée [et en même temps] conscient de vous-même comme témoin de la pensée. [...] "Vous sentez pour ainsi dire une présence, votre moi profond derrière elle ou sous-elle. Elle perd alors son pouvoir sur vous et bat rapidement en retraite du fait que, ne vous identifiant plus à elle, vous n'alimentez plus le mental. Ceci est le début de la fin de la pensée involontaire et compulsive.

Lorsqu'une pensée s'efface, il se produit une discontinuité dans le flux mental, un intervalle de "non mental". Au début [ces intervalles] seront courts, [...], mais ils deviendront peu à peu de plus en plus longs.
Lorsque ces décalages dans la pensée se produisent, vous ressentez  un certain calme et une certaine paix. C'est le début de votre état naturel de fusion consciente avec l'Etre qui est, généralement, obscurcie par le mental. Avec le temps et l'expérience, la sensation de calme et de paix s'approfondira et se poursuivra ainsi sans fin. Vous ressentirez également une joie délicate émaner du plus profond de vous, celle de l'Etre.

Il ne s'agit pas du tout d'un état de transe, car il n'y a aucune perte de conscience. Bien au contraire. Si la paix devait se payer par une réduction de la conscience et le calme, par un manque de vitalité et de vigilance, elle n'en vaudrait pas la peine. Dans cet état d'unité avec l'Etre, vous êtes beaucoup plus alerte, beaucoup plus éveillé que l'état d'identification au mental. Vous êtes en fait totalement présent. Et cette condition élève les fréquences vibratoires du champ énergétique qui transmet la vie au corps physique.

Lorsque vous pénétrez de plus en plus profondément dans cet état de vide mental ou de "non mental", [...], vous atteignez la conscience pure. Et dans cette situation, vous ressentez votre propre présence avec une intensité et une joie telles que toute pensée, toute émotion, votre corps physique ainsi que le monde extérieur deviennent relativement insignifiants par comparaison. Cependant il ne s'agit pas d'un état d'égoïsme mais plutôt un état d'absence d'ego. Vous êtes transporté au-delà de ce vous preniez auparavant pour "votre moi". Cette présence, c'est vous en essence, mais c'est en même temps quelque chose d'inconcevablement plus vaste que vous [...]


(Nu descendant un escalier de Marcel Duchamp)


[On peut aussi être pleinement attentif au moment présent]...18

[...] "Devenez juste intensément conscient de cet instant. Vous en tirerez une profonde satisfaction. De cette façon, vous écartez la conscience de l'activité mentale et créez un vide mental où vous devenez extrêmement vigilant et conscient mais où vous ne pensez pas. Ceci est l'essence même de la méditation.

Dans votre vie quotidienne, vous pouvez vous y exercer durant n'importe quelle activité routinière, qui n'est normalement qu'un moyen d 'arriver à une fin, en lui accordant votre totale attention afin qu'elle devienne une fin en soi. [...] Soyez attentif à chaque mouvement, à votre respiration, [...] aux perceptions sensuelles [...].

Remarquez la silencieuse mais puissante sensation de présence qui se manifeste en vous. Un critère certain vous permet d'évaluer si vous réussissez ou non dans votre entreprise : le degré de paix que vous ressentez alors intérieurement.

[Rire de vos pensées]....19

"Ainsi, le seul pas crucial à faire dans le périple qui conduit à l'éveil est d'apprendre à se dissocier du mental. Chaque fois que vous créez une discontinuité dans le courant des pensées, la lumière de la conscience s'intensifie. Il se peut même que vous vous surpreniez un jour à sourire en entendant la voix qui parle dans votre tête, comme vous souririez devant les pitreries d'un enfant. Ceci veut dire que vous ne prenez plus autant au sérieux le contenu de votre mental et que le sens que vous avez de votre moi n'en dépend pas."


Partager cet article

Repost 0
Publié par Emmanuel de Lussac - dans Eckhart Tolle
commenter cet article

commentaires

Miss P. 29/03/2009 14:07

Merci d'avoir répondu.
Oui j'ai regardé les 9 premières vidéos qui sont très intéressantes et bien expliquées.
Ce qui me rassure dans tes mots, c'est de savoir que cela peut prendre du temps, que cela ne vient pas comme ça en 1 journée.
Alors je vais y travailler car je désire vraiment me sortir de "cet état" qui ne m'apporte que des souffrances. Cela dure depuis presque 3 mois, avant je menais 1 vie banale, mais depuis une grosse remise en question j'ai l'impression d'être plus mal. Alors je me dis que c'est mon chemin et que je dois l'accepter (chose pas facile à faire).
Alors encore MERCI et à bientôt.
Beau dimanche à toi aussi.

Miss P. 28/03/2009 20:24

Bonjour Emmanuel,
Je découvre ton site, tes articles...
Je suis très interessé par tout ça. J'ai déjà eu l'occasion de discuter avec des personnes qui tiennent 1 discours qui se rapproche du tien, surtout par rapport à l'ego.
Personnellement j'ai beaucoup de mal, je pense que la voix a une pleine emprise sur moi.
Alors j'y travaille, mais je sens que je peine.
merci pour toutes explications très claires.

Emmanuel de Lussac 29/03/2009 13:12


Bonjour Miss P.
Les mots de mes derniers articles, ceux sous lesquels tu as mis ton commentaire sont ceux d'Eckhart Tolle. Je les résume parfois avec mes mots, mais ce sont les siens essentiellement. Pour autant,
ceci dit, jusque là je les partage et les fais miens.
Te donner des pistes qui me semblent importantes pour moi. Je ne suis pas un guide, maître spirituel, ma compréhension doit encore être approfondie, juste te partager ce que je comprends
aujourd'hui. A toi de faire ta propre expérience.

As-tu vu les vidéos des entretiens d'Eckhart Tolle et d'Oprah Winfrey ? Certes elles sont nombreuses mais peu à peu elles te donneront des pistes pour appréhender cette part en toi qui ne connait
ni le temps ni la souffrance : l'Etre.

Si je devais te dire, te résumer, ce qui me semble le plus important dans un premier temps en quelques lignes, c'est regarder, observer ce qui se passe en toi, sans juger quand je dis regarder,
c'est être présent à ce que tu fais, dis, pense, ressens en toi.
Autre chose pour compléter : le temps à privilégier le plus possible est le présent. Vois quand tu n'acceptes pas le présent tel qu'il est, quand tu fuis dans la passé qui n'existe plus, le futur
qui n'existe pas.
Ego n'est pas à rejeter mais à voir, à accueillir. Ne le considère pas comme un ennemi.

Dire que la voix à une pleine emprise sur toi, c'est déjà en la voyant, la mettre à distance.
Cette voix dont tu parles ...qui est-elle...que dit-elle ?

Accorde toi des instants de silence dans ta journée, où tu t'assois, immobile, dans un lieu tranquille où tu ne seras pas dérangée. Tu peux par exemple porter ton attention sur ta respiration
naturelle, laisse aller et venir les pensées, les émotions. Observe les aller et disparaître, voit les sans les laisser t'entraîner, concentre toi simplement sur ta respiration qui entre et sort de
toi.

Tu n'es pas tes pensées, ni tes émotions. Tu es quelque chose d'autre, au-delà du mental, des émotions. Percevoir cela. Tu n'es pas ce que tu étais, ni ce que tu seras, tu es la Présence. Le mental
n'est qu'un outil qui doit être abandonné quand il n'a plus d'utilité.
Cultive le présent, ta présence à toi-même et au monde.

Tout cela prend du temps à s'installer mais peu à peu tu prendras conscience des bienfaits que cette présence accrue à l'instant apporte. Il y a des hauts et des bas, des ajustements à effectuer en
soi, dans sa compréhension et son ressenti.
Ne doutes pas que tu vas y parvenir. Tout est là reste à le découvrir.

Bon ce que je te dis là je me le dis à moi-même et d'ailleurs je m'en vais dans quelques temps m'asseoir et me concentrer sur ma respiration naturelle (merci à Jean-Yves, pour ce "naturel" que
j'ajoute depuis peu !), laissez aller et venir mes pensées et émotions.

Je te souhaite un bon dimanche !


triangle.gif

  sticker-oiseau-silhouette-2

 

La Maison d'Emmanuel

     "Tu es Cela - Plus proche que proche - Déjà là" 

___

 

Recherche

11497 10151563388252722 1707565980 a

 

Tout comme l'aigle s'en revient à son nid,

à tire-d'aile, lassé de son long voyage.

Ainsi l'âme qui dans le monde relatif et mortel des phénomènes a vécu,

s'en reviendra en elle-même,

Où elle s'endormira, libre de tout désir et de tout rêve

 

 

zafu

 

 

murugan.jpg